21/12/2011

PRODUISONS FRANCAIS... MAIS AUTREMENT

En 1980 à Romilly, les communistes organisaient
 déjà des manifestations contre les délocalisations.
Ici devant l’usine Dupré.
Derrière le “produisons français” de Sarkozy sont embusquées de nouvelles casses des droits et des
acquis des salariés. Les logiques de marché et du profit ne sont pas remises en question, loin de là.


Le «produisons français» de Sarkozy, la semaine dernière chez Rossignol, qui fait suite au «patriotisme industriel» de Hollande et à tous ceux qui leur ont emboîté le pas, fait son grand retour. A ce sujet, on fera remarquer que, dès le début des années 1980, alors que les délocalisations commençaient à casser l’industrie Auboise, le PCF en avait fait un axe majeur de ses propositions. En avance sur son temps ? Tout porte à le croire malgré l’avalanche de procès d’intention en "chauvinisme" teinté d’obsession patriotarde dont il fut à l’époque l’objet de la part de ceux-là mêmes qui reprennent maintenant cette idée à leur compte. On accusa même les communistes Romillons de "terrorisme", c'est dire !

SOLIDARITE AVEC LES SODIMEDICAL

Les communistes Aubois lancent un appel à la solidarité financière des salariés et de la population envers les Sodimédical qu'un patron-voyou, la multinationale Lohmann & Rauscher qui ne respecte même pas les décisions de la justice, laisse sans salaire et sans travail depuis trois mois.

595 jours de lutte et de nombreuses décisions en leur faveur, du tribunal des Prud'hommes à la Cour d'Appel : leur combat exemplaire est le reflet de la révolte qui nous anime devant la logique inhumaine qui brise des emplois et des vies au nom du profit. Que font les élus de droite pour les aider ? Que fait le ministre Baroin ? Les élus communistes, par l'intermédiaire du Conseiller général Joë Triché qui les a rencontré, leur ont apporté tout leur soutien. Le député Alain Bocquet a écrit à F. Baroin le 5 juillet dernier. Une prochaine rencontre aura lieu.

Sans attendre, face aux patrons-voyous, opposons la solidarité des travailleurs et de la population. C’est une arme puissante qui, bien des fois, a conduit les luttes à la victoire. C’est la manifestation concrète de notre soutien dans le combat du monde du travail contre le capital.

- Les dons, libellés à PCF Aube, sont à adresser à la fédération de l'Aube du PCF, 22ter avenue Anatole-France à Troyes ou à la section de Romilly du PCF, 66, rue de la Boule-d'Or qui transmettront.

09/12/2011

LE 13 DECEMBRE : JOURNEE NATIONALE DE MOBILISATION CONTRE L'AUSTERITE

Le PCF de Romilly appelle tous ses militants et sympathisants à prendre part à la journée de mobilisations interprofessionnelles du mardi 13 décembre à l'appel des organisations syndicales CGT-CFDT-FSU-Solidaires-UNSA.

A Romilly, un rassemblement aura lieu à 17 h place de la gare.
A Troyes, rendez-vous à 15 h au carrefour des rues Claude-Huez et de la République.

DETTE, DEFICITS PUBLICS : IL FAUT QUE LE PEUPLE S'EN MELE

Plus de soixante personnes ont participé, lundi 5 décembre à une réunion, organisée par les communistes romillons, sur les questions de la dette et des déficits publics. Pierre Mathieu, vice-président du Conseil régional et Joë Triché, conseiller général, ont animé les débats.

Plus la crise s’aggrave, plus les peuples vont subir l’austérité et plus la crise continuera de s’aggraver. Les marchés financiers qui veulent tous les pouvoirs se livrent à un coup d’état soutenu par la droite. Face à la pensée unique qui a déployé tous ses tentacules politico-médiatiques pour marteler sur tous les tons qu’il n’y aurait qu’une seule politique possible pour "rassurer" les marchés, l’austérité, le Front de Gauche oppose une autre alternative. La réunion du 5 décembre avait pour objectif de rétablir, chiffres à l’appui, quelques vérités.

05/12/2011

"CREER LES CONDITIONS DU VRAI CHANGEMENT"

Interview à la presse locale de Pierre Mathieu, vice-président du Conseil régional de Champagne-Ardenne

Cliquez sur l'image

25/11/2011

DROIT DE VOTE DES RESIDENTS ETRANGERS : REPARER L'ANOMALIE DEMOCRATIQUE

Devant 3 000 maires réunis à l'Élysée, Nicolas Sarkozy s'en est pris au droit de vote des résidents étrangers.

Alors qu'il défendait le contraire en 2001 et 2005, le président de la République s'est enfoncé dans un positionnement toujours plus à droite, cornaqué par le FN et la droite populaire et leurs idéaux détestables.
Pourtant ce combat est d'arrière garde. Plus la droite tente de populariser ce débat dans l'opinion, moins elle est entendue : 7 français sur 10 sont aujourd'hui favorables à l'obtention de ce nouveau droit qui pourrait enfin réparer cette anomalie démocratique. Les 5 millions de citoyens vivant en France et payant des impôts n’ont pas de droit de regard sur les grands choix de société et la façon dont leurs impôts sont utilisés. Une discrimination injuste, d'autant que les étrangers venus de l’Union européennes ont eux, le droit de vote aux élections locales.

Le PCF réaffirme son soutien au droit de vote des résidents étrangers à toutes les élections. Le Front de gauche, dans son programme « L'humain d'abord » propose, dans un premier temps d'accorder aux résidents extra-communautaires le droit de vote aux élections locales.

17/11/2011

11 NOVEMBRE : NE LAISSONS PAS REECRIRE L'HISTOIRE !

De l'instrumentalisation de la lettre de Guy Môquet en début de mandature aux dernières cérémonies du 11 novembre avant les prochaines élections présidentielles, Nicolas Sarkozy n'aura cessé de vouloir réécrire l'Histoire.

Aujourd'hui, il entend ainsi imposer que « chaque 11 novembre, tous ceux qui ont donné leur vie pour la France, que ce soit pour la défense de la patrie ou lors des opérations extérieures auxquelles notre pays participe, seront également associés à cet hommage solennel de la nation ». Nicolas Sarkozy détourne l'hommage aux victimes de ce qui a été une immense et inutile boucherie pour justifier, l'engagement hier contre des peuples colonisés en lutte pour leur liberté, et, aujourd'hui, la participation de soldats français à la guerre en Afghanistan. C'est inacceptable. Les peuples européens ne doivent jamais oublier l'immense horreur de celle qu'on a appelée malheureusement à tord : « la der des ders ».

13/11/2011

UNE ATTAQUE CONTRE NOS ENFANTS

Dès qu’ils ont eu connaissance du projet de fermeture de la bibliothèque de la Maison de l'Enfance, les élus communistes l’ont dénoncé avec la plus grande fermeté.

Cela n’ a pas été du goût du président de la Communauté de communes, Guy Allart, maire-adjoint de Vuillemin, qui s’est empressé de tenter de calmer le jeu en déclarant dans la presse du 18 octobre : "il ne s’agit que d’une réflexion". Mais, ne voulant sans doute pas revivre le calvaire du cinéma Eden - 3 000 signataires de la pétition contre sa fermeture -, il a finalement et en toute hâte décidé de fermer la bibliothèque de la Maison de l’Enfance le 6 novembre. Quelle honte !

Cette fermeture intervient après celle de la piscine, qui prive nos enfants de l’apprentissage de la natation, pourtant obligatoire en collège. Elle vient aussi après la fermeture des activités aéronautiques à La Belle-Idée. Et comment oublier les menaces que font peser Vuillemin et Allart sur notre cinéma Eden afin de permettre à des promoteurs privés de remplir leurs tiroirs-caisses. En fait, la politique de la commune ne se décide pas au Conseil municipal ou à la Communauté de communes mais entre deux ou trois élus de la majorité de droite et quelques potentats privés et représentants du patronat local.

07/11/2011

COMMUNIQUE DE LA SECTION DU PCF

Thierry Reverchon, le promoteur du pôle  ludique de l’aérodrome, persiste et signe. Après avoir traité, lors d’une réunion – interdite au public – la semaine dernière, le conseiller général Joë Triché de « menteur », il réitère dans une interview publiée dans la presse locale ce lundi 7 novembre.
M. Reverchon ne fait « pas de politique », il est « dans l’investissement et la création d’emplois » ; il aime « les gens formidables », « les vrais personnages ». Traduction : il fait du fric et aime les gens qui sont d’accord avec cette logique. Malheureusement pour lui, les 3 000 personnes qui ont signé la pétition du collectif de défense de l’Eden ne sont pas d’accord avec son projet de multiplexe. Ils ont tenu à le lui faire savoir et Joë Triché, invité au titre de son mandat d’élu communautaire à la réunion, s’est fait leur porte-parole.
De quel droit M. Reverchon peut-il se prévaloir pour traiter à deux reprises un conseiller général élu à 62%, un membre de l’opposition au Conseil municipal, de « menteur » ? Parce qu’il pose des questions embarrassantes, met à nu des zones d’ombres dans l’historique de ce dossier ? Parce qu’il s’efforce de défendre les intérêts de notre ville et de ses habitants, qui sont évidemment le cadet des soucis de M. Reverchon ?
Si M. Reverchon est si sûr de lui, pourquoi n’être pas intervenu pour que la réunion à laquelle il a participé soit ouverte au public ; pourquoi n’avoir pas pesé en ce sens auprès du président de la Communauté de communes ? Cela aurait permis la transparence et le débat. La démocratie y aurait gagné. Par cette insulte, M. Reverchon se range de lui-même dans le camp de ses amis. Joë Triché, les élus et les militants communistes ont choisi le leur. Cela n’en fait pas pour autant des menteurs !

Fethi Cheikh, secrétaire de la section de Romilly du PCF

05/11/2011

CANNES-G20 :
PRIX SPECIAL DU JURY AU PEUPLE GREC POUR "LES CHEMINS DE LA DIGNITE"

Le tsunami politico-médiatique provoqué par l'annonce d'un référendum en Grèce en dit long sur l'état actuel de la crise européenne. La démocratie est présentée comme un danger, un risque, une aventure.

- A Cannes au sommet du G20, les co-producteurs Sarkozy-Merkel reçoivent la Palme d'Or pour leur remake de « L'arnaque » et le prix spécial du jury est attribué au peuple grec pour « les chemins de la dignité ».

- La confrontation entre les exigences des marchés financiers et l'intervention des peuples entre dans une nouvelle période. La solidarité des peuples européens peut permettre de grandes et belles choses. Si les marchés financiers et les agences de notations sont aussi nerveux, si un vent de panique souffle depuis le début de cette semaine, c'est qu'ils savent bien qu'un peuple humilié qui relève la tête, qui défend sa dignité et son avenir, est un peuple qui peut faire renaitre l'espoir bien au delà de ses propres frontières.

- D'une certaine manière, les prises de position sur le référendum en Grèce éclairent un choix d'orientation majeur pour l'Union européenne  : la fuite en avant dans l'austérité basée sur l'ultralibéralisme et un fédéralisme autoritaire, ou sa refondation sur des bases sociales et démocratiques, libérées de l'emprise des marchés financiers et des banques.

28/10/2011

SARKOZY A MENTI AUX FRANCAIS

Nicolas Sarkozy s'est livré, hier soir, à une heure d'autosatisfaction irréelle pour justifier l'accord signé à Bruxelles.

- Que faut-il retenir de cette leçon présidentielle ? « Tout va bien, tout est sous contrôle, nous avons eu raison de faire la réforme des retraites car les retraités étaient responsables de la dette, il n'y a pas eu de baisse de salaires et de retraites en France ». Mais qui peut croire à une fable pareille ? Les souffrances des Français étaient absentes de tout le propos présidentiel. En fait , il s'agissait de répéter les mêmes slogans de campagne comme le « travailler plus... » auquel plus aucun Français ne peut croire, les mêmes promesses sur la fin des bonus des banquiers plusieurs fois annoncée mais jamais réalisée. Surtout il s'agissait pour le Président de justifier de nouvelles mesures d'austérité qu'il a d'ailleurs refusé d'annoncer clairement, sans écarter une hausse de la TVA. Enfin, en plaidant pour de nouveaux alignements sur l'Allemagne, il a décrété « obligatoire » la règle d'or sur laquelle les Français n'ont jamais été consultés. Sarkozy avait promis un exercice de vérité. Pendant une heure, il a menti aux Français !

MENUEL AU SECOURS DE VUILLEMIN-ALLART

Face au rejet de la politique de MM. Vuillemin
& Allart, le député UMP Menuel se transforme
en député VRP.
Plus de la moitié de l’interview du député UMP G. Menuel, publiée le 24 octobre dans la page Romilly de la presse départementale, est consacrée à la défense de la gestion Vuillemin-Allart.

- Voler au secours d’une municipalité et d’une communauté de communes de plus en plus condamnées par la population, tel était l’objectif du politicien Menuel. Il est vrai qu’après une augmentation de 50% du nombre des chômeurs à Romilly depuis l’arrivée de la droite aux affaires municipales, qu’après la fermeture de l’aérodrome, celle de la piscine et, peut être demain, du cinéma Eden et de la bibliothèque de la Maison de l’Enfance, beaucoup en sont à regretter leur bulletin de vote de 2008. Cela démontre que les diverses mobilisations contre les mauvais coups de la droite ne sont pas sans effet.

25/10/2011

GESTION DU SYSTEME OU RUPTURE ?
LA CONFRONTATION D'IDEES A GAUCHE S'IMPOSE

Personne à gauche ne peut prétendre à lui seul rassembler une majorité, tant dans le pays qu'à l'Assemblée Nationale. La question du rassemblement est donc une question centrale. Et pour qu'il devienne possible et débouche sur une véritable alternative à la politique de Sarkozy, un débat public est nécessaire.

- Pour ce qui le concerne, le Front de Gauche y est prêt. Comme en 2005 autour des enjeux du traité constitutionnel, des hommes et des femmes sont disponibles pour s'y impliquer. Et la gauche dans son ensemble doit être à la hauteur en allant au devant de cette attente démocratique. Maintenant que le candidat socialiste est désigné, au terme d'un débat qui a mobilisé tous les médias, François Hollande doit accepter la confrontation publique avec tous les candidats de gauche. Il appartient aux médias de la solliciter et de l'organiser. Entre F. Hollande, qui incarne une gauche de gestion du système, et le Front de Gauche et son candidat, Jean-Luc Mélenchon, qui portent des propositions de rupture avec ce système, le débat doit porter sur quatre questions centrales.

03/10/2011

SUR LE FRONT DES LUTTES

Présents à la réunion de la communauté de communes, présents lors de l'inauguration du Village Gourmand, présents durant les deux jours de foire... Les défenseurs du cinéma public Eden et les salariés du Joint Français de Maizières, qui appartient au groupe Total, menacés de perdre leur emploi, n'ont pas "chômé" le premier week-end d'octobre.

- Dès le vendredi, ils étaient à la réunion de la communauté de communes pour placer les élus devant leurs responsabilités. Régis Garnichat, de la CGT du Joint Français, a dénoncé la stratégie de casse du groupe Total - 10 milliards d'euros de profits en 2010 - à l'égard de leur entreprise. Il a interpellé le président de cette collectivité, Guy Allard, qui n'a pas trouvé un instant pour venir soutenir les salariés qui ont occupé leur usine, cet été, pendant près de deux semaines. Dany Bouteiller, pour le collectif Eden, a remis aux élus une lettre ouverte leur demandant de servir l'intérêt général plutôt que celui d'un promoteur privé.

- Le lendemain, une cinquantaine de militants munis d'affichettes, de pancartes et de drapeaux CGT ont marqué leur présence à l'inauguration du Village Gourmand. Un marquage "à la culotte" qui a conduit le député G. Menuel à remballer son discours. D'ailleurs, les élus de la majorité municipale n'avaient pas la mine radieuse des grands jours. Cette mobilisation s'est poursuivie pendant les deux jours de la foire où plus de 1 000 signatures ont été collectées pour demander le maintien de l'activité cinématographique à l'Eden. Ce sont donc aujourd'hui près de 3 000 personnes qui disent non au projet du maire de Romilly et du président de la communauté de communes.

"IL FAUT SE BATTRE"

La conférence de presse de la section de Romilly du PCF, mardi 27 septembre, “tombait” au moment même où est mis en distribution dans les boîtes à lettres le bulletin municipal vantant les “succès” du monde enchanté du maire E. Vuillemin et de son équipe municipale.

- Après avoir indiqué que la campagne de pétitions contre la vie chère à Romilly avait déjà permis de collecter plusieurs centaines de signatures, Fethi Cheikh a abordé les questions de l’emploi et rappelé le maire sur terre : « il ne suffit pas de marteler sur des supports de communication  l’emploi, l’emploi, l’emploi… il faut déjà se battre pour sauvegarder les emplois existants » a-t-il déclaré. Une apostrophe loin de tomber à plat avec l’explosion du chômage « véritable catastrophe et nouveau traumatisme pour les habitants de ce bassin ». Notons au passage que M. Vuillemin vient d’y apporter sa contribution personnelle en licenciant récemment deux assistantes maternelles.

- Cette conférence de presse fut aussi l’occasion de revenir sur les dossiers « qui caractérisent la politique de casse de services publics au détriment de l’intérêt général » de la majorité municipale UMP : la piscine, le cinéma Eden (dossiers déjà traités dans nos colonnes)... L’endettement - l’encours de la dette serait de 22 millions d’euros - qui risque de croître puisque la ville est touchée par plusieurs emprunts toxiques, avec comme conséquence que « les Romillons vont se retrouver demain dans l’obligation de payer plus d’impôts ». Oubliée donc la baisse annoncée dans le programme électoral de la droite.

- En lien avec le contexte national et les prochaines échéances électorales, F. Cheikh propose de travailler localement pour « offrir une perspective politique à tous celles et ceux qui ne se retrouvent ni dans une posture uniquement protestataire ni dans la soumission résignée au libéralisme » et a lancé un appel « aux citoyens de gauche à rejoindre le collectif local du Front de Gauche ». Dans le même esprit de débat et de confrontation des idées, la section romillonne du PCF organisera courant octobre sur une initiative sur « la crise, la dette.... quelles solutions économiques alternatives ».