28/10/2011

SARKOZY A MENTI AUX FRANCAIS

Nicolas Sarkozy s'est livré, hier soir, à une heure d'autosatisfaction irréelle pour justifier l'accord signé à Bruxelles.

- Que faut-il retenir de cette leçon présidentielle ? « Tout va bien, tout est sous contrôle, nous avons eu raison de faire la réforme des retraites car les retraités étaient responsables de la dette, il n'y a pas eu de baisse de salaires et de retraites en France ». Mais qui peut croire à une fable pareille ? Les souffrances des Français étaient absentes de tout le propos présidentiel. En fait , il s'agissait de répéter les mêmes slogans de campagne comme le « travailler plus... » auquel plus aucun Français ne peut croire, les mêmes promesses sur la fin des bonus des banquiers plusieurs fois annoncée mais jamais réalisée. Surtout il s'agissait pour le Président de justifier de nouvelles mesures d'austérité qu'il a d'ailleurs refusé d'annoncer clairement, sans écarter une hausse de la TVA. Enfin, en plaidant pour de nouveaux alignements sur l'Allemagne, il a décrété « obligatoire » la règle d'or sur laquelle les Français n'ont jamais été consultés. Sarkozy avait promis un exercice de vérité. Pendant une heure, il a menti aux Français !

MENUEL AU SECOURS DE VUILLEMIN-ALLART

Face au rejet de la politique de MM. Vuillemin
& Allart, le député UMP Menuel se transforme
en député VRP.
Plus de la moitié de l’interview du député UMP G. Menuel, publiée le 24 octobre dans la page Romilly de la presse départementale, est consacrée à la défense de la gestion Vuillemin-Allart.

- Voler au secours d’une municipalité et d’une communauté de communes de plus en plus condamnées par la population, tel était l’objectif du politicien Menuel. Il est vrai qu’après une augmentation de 50% du nombre des chômeurs à Romilly depuis l’arrivée de la droite aux affaires municipales, qu’après la fermeture de l’aérodrome, celle de la piscine et, peut être demain, du cinéma Eden et de la bibliothèque de la Maison de l’Enfance, beaucoup en sont à regretter leur bulletin de vote de 2008. Cela démontre que les diverses mobilisations contre les mauvais coups de la droite ne sont pas sans effet.

25/10/2011

GESTION DU SYSTEME OU RUPTURE ?
LA CONFRONTATION D'IDEES A GAUCHE S'IMPOSE

Personne à gauche ne peut prétendre à lui seul rassembler une majorité, tant dans le pays qu'à l'Assemblée Nationale. La question du rassemblement est donc une question centrale. Et pour qu'il devienne possible et débouche sur une véritable alternative à la politique de Sarkozy, un débat public est nécessaire.

- Pour ce qui le concerne, le Front de Gauche y est prêt. Comme en 2005 autour des enjeux du traité constitutionnel, des hommes et des femmes sont disponibles pour s'y impliquer. Et la gauche dans son ensemble doit être à la hauteur en allant au devant de cette attente démocratique. Maintenant que le candidat socialiste est désigné, au terme d'un débat qui a mobilisé tous les médias, François Hollande doit accepter la confrontation publique avec tous les candidats de gauche. Il appartient aux médias de la solliciter et de l'organiser. Entre F. Hollande, qui incarne une gauche de gestion du système, et le Front de Gauche et son candidat, Jean-Luc Mélenchon, qui portent des propositions de rupture avec ce système, le débat doit porter sur quatre questions centrales.

03/10/2011

SUR LE FRONT DES LUTTES

Présents à la réunion de la communauté de communes, présents lors de l'inauguration du Village Gourmand, présents durant les deux jours de foire... Les défenseurs du cinéma public Eden et les salariés du Joint Français de Maizières, qui appartient au groupe Total, menacés de perdre leur emploi, n'ont pas "chômé" le premier week-end d'octobre.

- Dès le vendredi, ils étaient à la réunion de la communauté de communes pour placer les élus devant leurs responsabilités. Régis Garnichat, de la CGT du Joint Français, a dénoncé la stratégie de casse du groupe Total - 10 milliards d'euros de profits en 2010 - à l'égard de leur entreprise. Il a interpellé le président de cette collectivité, Guy Allard, qui n'a pas trouvé un instant pour venir soutenir les salariés qui ont occupé leur usine, cet été, pendant près de deux semaines. Dany Bouteiller, pour le collectif Eden, a remis aux élus une lettre ouverte leur demandant de servir l'intérêt général plutôt que celui d'un promoteur privé.

- Le lendemain, une cinquantaine de militants munis d'affichettes, de pancartes et de drapeaux CGT ont marqué leur présence à l'inauguration du Village Gourmand. Un marquage "à la culotte" qui a conduit le député G. Menuel à remballer son discours. D'ailleurs, les élus de la majorité municipale n'avaient pas la mine radieuse des grands jours. Cette mobilisation s'est poursuivie pendant les deux jours de la foire où plus de 1 000 signatures ont été collectées pour demander le maintien de l'activité cinématographique à l'Eden. Ce sont donc aujourd'hui près de 3 000 personnes qui disent non au projet du maire de Romilly et du président de la communauté de communes.

"IL FAUT SE BATTRE"

La conférence de presse de la section de Romilly du PCF, mardi 27 septembre, “tombait” au moment même où est mis en distribution dans les boîtes à lettres le bulletin municipal vantant les “succès” du monde enchanté du maire E. Vuillemin et de son équipe municipale.

- Après avoir indiqué que la campagne de pétitions contre la vie chère à Romilly avait déjà permis de collecter plusieurs centaines de signatures, Fethi Cheikh a abordé les questions de l’emploi et rappelé le maire sur terre : « il ne suffit pas de marteler sur des supports de communication  l’emploi, l’emploi, l’emploi… il faut déjà se battre pour sauvegarder les emplois existants » a-t-il déclaré. Une apostrophe loin de tomber à plat avec l’explosion du chômage « véritable catastrophe et nouveau traumatisme pour les habitants de ce bassin ». Notons au passage que M. Vuillemin vient d’y apporter sa contribution personnelle en licenciant récemment deux assistantes maternelles.

- Cette conférence de presse fut aussi l’occasion de revenir sur les dossiers « qui caractérisent la politique de casse de services publics au détriment de l’intérêt général » de la majorité municipale UMP : la piscine, le cinéma Eden (dossiers déjà traités dans nos colonnes)... L’endettement - l’encours de la dette serait de 22 millions d’euros - qui risque de croître puisque la ville est touchée par plusieurs emprunts toxiques, avec comme conséquence que « les Romillons vont se retrouver demain dans l’obligation de payer plus d’impôts ». Oubliée donc la baisse annoncée dans le programme électoral de la droite.

- En lien avec le contexte national et les prochaines échéances électorales, F. Cheikh propose de travailler localement pour « offrir une perspective politique à tous celles et ceux qui ne se retrouvent ni dans une posture uniquement protestataire ni dans la soumission résignée au libéralisme » et a lancé un appel « aux citoyens de gauche à rejoindre le collectif local du Front de Gauche ». Dans le même esprit de débat et de confrontation des idées, la section romillonne du PCF organisera courant octobre sur une initiative sur « la crise, la dette.... quelles solutions économiques alternatives ».