25/11/2011

DROIT DE VOTE DES RESIDENTS ETRANGERS : REPARER L'ANOMALIE DEMOCRATIQUE

Devant 3 000 maires réunis à l'Élysée, Nicolas Sarkozy s'en est pris au droit de vote des résidents étrangers.

Alors qu'il défendait le contraire en 2001 et 2005, le président de la République s'est enfoncé dans un positionnement toujours plus à droite, cornaqué par le FN et la droite populaire et leurs idéaux détestables.
Pourtant ce combat est d'arrière garde. Plus la droite tente de populariser ce débat dans l'opinion, moins elle est entendue : 7 français sur 10 sont aujourd'hui favorables à l'obtention de ce nouveau droit qui pourrait enfin réparer cette anomalie démocratique. Les 5 millions de citoyens vivant en France et payant des impôts n’ont pas de droit de regard sur les grands choix de société et la façon dont leurs impôts sont utilisés. Une discrimination injuste, d'autant que les étrangers venus de l’Union européennes ont eux, le droit de vote aux élections locales.

Le PCF réaffirme son soutien au droit de vote des résidents étrangers à toutes les élections. Le Front de gauche, dans son programme « L'humain d'abord » propose, dans un premier temps d'accorder aux résidents extra-communautaires le droit de vote aux élections locales.

17/11/2011

11 NOVEMBRE : NE LAISSONS PAS REECRIRE L'HISTOIRE !

De l'instrumentalisation de la lettre de Guy Môquet en début de mandature aux dernières cérémonies du 11 novembre avant les prochaines élections présidentielles, Nicolas Sarkozy n'aura cessé de vouloir réécrire l'Histoire.

Aujourd'hui, il entend ainsi imposer que « chaque 11 novembre, tous ceux qui ont donné leur vie pour la France, que ce soit pour la défense de la patrie ou lors des opérations extérieures auxquelles notre pays participe, seront également associés à cet hommage solennel de la nation ». Nicolas Sarkozy détourne l'hommage aux victimes de ce qui a été une immense et inutile boucherie pour justifier, l'engagement hier contre des peuples colonisés en lutte pour leur liberté, et, aujourd'hui, la participation de soldats français à la guerre en Afghanistan. C'est inacceptable. Les peuples européens ne doivent jamais oublier l'immense horreur de celle qu'on a appelée malheureusement à tord : « la der des ders ».

13/11/2011

UNE ATTAQUE CONTRE NOS ENFANTS

Dès qu’ils ont eu connaissance du projet de fermeture de la bibliothèque de la Maison de l'Enfance, les élus communistes l’ont dénoncé avec la plus grande fermeté.

Cela n’ a pas été du goût du président de la Communauté de communes, Guy Allart, maire-adjoint de Vuillemin, qui s’est empressé de tenter de calmer le jeu en déclarant dans la presse du 18 octobre : "il ne s’agit que d’une réflexion". Mais, ne voulant sans doute pas revivre le calvaire du cinéma Eden - 3 000 signataires de la pétition contre sa fermeture -, il a finalement et en toute hâte décidé de fermer la bibliothèque de la Maison de l’Enfance le 6 novembre. Quelle honte !

Cette fermeture intervient après celle de la piscine, qui prive nos enfants de l’apprentissage de la natation, pourtant obligatoire en collège. Elle vient aussi après la fermeture des activités aéronautiques à La Belle-Idée. Et comment oublier les menaces que font peser Vuillemin et Allart sur notre cinéma Eden afin de permettre à des promoteurs privés de remplir leurs tiroirs-caisses. En fait, la politique de la commune ne se décide pas au Conseil municipal ou à la Communauté de communes mais entre deux ou trois élus de la majorité de droite et quelques potentats privés et représentants du patronat local.

07/11/2011

COMMUNIQUE DE LA SECTION DU PCF

Thierry Reverchon, le promoteur du pôle  ludique de l’aérodrome, persiste et signe. Après avoir traité, lors d’une réunion – interdite au public – la semaine dernière, le conseiller général Joë Triché de « menteur », il réitère dans une interview publiée dans la presse locale ce lundi 7 novembre.
M. Reverchon ne fait « pas de politique », il est « dans l’investissement et la création d’emplois » ; il aime « les gens formidables », « les vrais personnages ». Traduction : il fait du fric et aime les gens qui sont d’accord avec cette logique. Malheureusement pour lui, les 3 000 personnes qui ont signé la pétition du collectif de défense de l’Eden ne sont pas d’accord avec son projet de multiplexe. Ils ont tenu à le lui faire savoir et Joë Triché, invité au titre de son mandat d’élu communautaire à la réunion, s’est fait leur porte-parole.
De quel droit M. Reverchon peut-il se prévaloir pour traiter à deux reprises un conseiller général élu à 62%, un membre de l’opposition au Conseil municipal, de « menteur » ? Parce qu’il pose des questions embarrassantes, met à nu des zones d’ombres dans l’historique de ce dossier ? Parce qu’il s’efforce de défendre les intérêts de notre ville et de ses habitants, qui sont évidemment le cadet des soucis de M. Reverchon ?
Si M. Reverchon est si sûr de lui, pourquoi n’être pas intervenu pour que la réunion à laquelle il a participé soit ouverte au public ; pourquoi n’avoir pas pesé en ce sens auprès du président de la Communauté de communes ? Cela aurait permis la transparence et le débat. La démocratie y aurait gagné. Par cette insulte, M. Reverchon se range de lui-même dans le camp de ses amis. Joë Triché, les élus et les militants communistes ont choisi le leur. Cela n’en fait pas pour autant des menteurs !

Fethi Cheikh, secrétaire de la section de Romilly du PCF

05/11/2011

CANNES-G20 :
PRIX SPECIAL DU JURY AU PEUPLE GREC POUR "LES CHEMINS DE LA DIGNITE"

Le tsunami politico-médiatique provoqué par l'annonce d'un référendum en Grèce en dit long sur l'état actuel de la crise européenne. La démocratie est présentée comme un danger, un risque, une aventure.

- A Cannes au sommet du G20, les co-producteurs Sarkozy-Merkel reçoivent la Palme d'Or pour leur remake de « L'arnaque » et le prix spécial du jury est attribué au peuple grec pour « les chemins de la dignité ».

- La confrontation entre les exigences des marchés financiers et l'intervention des peuples entre dans une nouvelle période. La solidarité des peuples européens peut permettre de grandes et belles choses. Si les marchés financiers et les agences de notations sont aussi nerveux, si un vent de panique souffle depuis le début de cette semaine, c'est qu'ils savent bien qu'un peuple humilié qui relève la tête, qui défend sa dignité et son avenir, est un peuple qui peut faire renaitre l'espoir bien au delà de ses propres frontières.

- D'une certaine manière, les prises de position sur le référendum en Grèce éclairent un choix d'orientation majeur pour l'Union européenne  : la fuite en avant dans l'austérité basée sur l'ultralibéralisme et un fédéralisme autoritaire, ou sa refondation sur des bases sociales et démocratiques, libérées de l'emprise des marchés financiers et des banques.