30/11/2012

"PAVILLON BLEU" : VOILA LA VERITE !

Au Conseil municipal du 20 octobre 2012, le maire a lancé des accusations mensongères, teintées d'anticommunisme, relayées par la presse locale, le 22 octobre, à propos du "Pavillon Bleu" (devenu cinéma Eden). Joë Triché, au nom du PCF et de ses élus au Conseil municipal, a adressé à la presse le droit de réponse suivant :

"La presse du 22 octobre 2012 s’est fait l’écho du dernier “coup d’éclat” du maire de Romilly, Eric Vuillemin, au Conseil municipal du 20 octobre. Les pages romillonnes traitaient, en effet : “une affaire qui ressort trente ans plus tard”, et devant tous les distributeurs de notre ville, était aposée une affichette où l’on pouvait lire : “La gestion communiste revient au premier plan”. Le décor était ainsi planté. à dix-huit mois des élections municipales de 2014, E. Vuillemin enfourchait à son tour un anticommunisme vieux de cinquante ans à Romilly. Le prétexte de cette violente attaque du maire à l’encontre des communistes était l’acquisition du “Pavillon Bleu”, actuel cinema Eden, pour un coût soi-disant de 1,4 millions d’euros. Représenté par un collègue au Conseil municipal, le journaliste présent a écrit dans son compte-rendu “une anecdote financière sur laquelle Joë Triché aurait dû certainement s’expliquer. Il faudra attendre.”

Dès mon retour d’un congrès auquel j’avais assisté, j’ai bien sûr demandé au maire qu’il me transmette le dossier et qu’il me communique le montant des honoraires d’architectes versés depuis qu’il dirige la ville. De 2008 à 2011, ils représentent près de 2,2 millions d’euros ; trois fois le coût de ce qui est resté à la charge de la ville pour l’opération Eden.

22/11/2012

LE PCF LANCE UNE GRANDE CAMPAGNE CONTRE L'AUSTERITE

Réuni le 21 novembre à Paris, le Conseil National du PCF a décidé d'engager, avec le Front de gauche, une grande campagne nationale contre l'austérité.

En France, des salariés, les organisations syndicales ne baissent pas les bras. Des citoyens, des économistes, des pans entiers de notre société n'acceptent pas l'idée que la gauche va de nouveau se fracasser contre ce mur de la finance. C'est aussi vrai en Europe. C'est en pensant à ces forces disponible que nous proposons une grande campagne nationale sur le thème « l'alternative à l'austérité, c'est possible ». Le PCF propose au Front de gauche de s'y engager très fortement, d'en faire notre feuille de route des six prochains mois, et d'y associer toutes celles et ceux qui veulent en être. Nous proposons une implication citoyenne très large : grand meeting national de lancement avec une série de réunions publiques en régions, organisation de votations citoyennes, de marches contre l'austérité, assemblées, ateliers législatifs, journées de mobilisation sur des questions précises permettant de faire la démonstration que des solutions existent. Nous allons proposer des mesures plus justes socialement et bien plus efficaces économiquement.

La coordination du Front de gauche a réagi très positivement à cette proposition d'une grande campagne nationale contre l'austérité dont l'objectif politique pourrait se résumer à une idée : dans six mois, nos concitoyens qui se retrouvent dans des valeurs de gauche seront-ils résignés, abattus, où au contraire dans un esprit de combativité contre l'austérité, mobilisés pour obtenir un changement de cap au nom de ceux qui ont fait le choix du changement ?

- Le rapport d'Olivier Dartigolles : clic

15/11/2012

LA DROITE A LA MAIRIE : "UNE ANOMALIE" !

Au siège du PCF,  la direction et les élus municipaux du PCF
ont donné une conférence de presse.
Le PCF et les élus communistes et partenaires du conseil municipal appellent au rassemblement de la population, des forces de gauche et de progrès pour construire l'alternative à la droite aux municipales de 2014. Interview de Joë Triché, conseiller municipal.

Quel bilan tirez-vous de la droite à la direction des affaires municipales depuis 2008 ?
- J.T. : Contrairement à certains, je ne considère pas que tout soit à rejeter. A 18 mois des élections municipales, notre groupe des élus communistes et partenaires serait mal avisé de tout critiquer alors qu’il a voté un certain nombre de réalisations comme les travaux de voirie et de réfection des trottoirs, les aménagements de la Béchère, le fleurissement et les espaces verts... que nous aurions aussi réalisés. C’était dans le projet de la liste que je conduisais en 2008. Par contre, avec nous, la population n’aurait pas été privée de piscine pendant sept ans, les activités aéronautiques de l’aérodrome ne seraient pas fermées et le cinéma Eden ne serait pas en péril ; nous aurions fait respecter les engagements votés en 2007. Nous n’aurions pas créé une police municipale qui coûte entre 3 et 400 000 € chaque année, car c’est à l’état d’assurer la sécurité des personnes et des biens. Nous n’aurions pas demandé 200 000 € à l’APAJH pour l’achat des terrains afin de réaliser son centre d’accueil.

"COMPETITIVITE" : UN CHEVAL DE TROIE POUR CASSER NOTRE MODELE SOCIAL

Deux questions à Fethi Cheikh, secrétaire de la section de Romilly du PCF.

La «compétitivité», qui sous-tend le rapport Gallois n’a-t-elle pas un sens bien particulier et des objectifs tout autres que le redressement industriel de notre pays ?

- F. Cheikh : "En effet, et c’est d’ailleurs toute l’ambiguïté avec laquelle joue et biaise le grand patronat. Une prétendue évidence sert de cheval de Troie pour détruire notre modèle social. En période de crise, les contradictions sont avivées entre le travail, source de la richesse, et la nécessité pour le capital d’en accaparer une part croissante pour maintenir des taux élevés de profit. Sans cela, le système s’étoufferait. Pour dégager les flux monétaires exigés par la financiarisation à outrance, la logique capitaliste n’a pas d’autre choix que de vouloir lever tout ce qui constitue pour elle des entraves ; sans entrer dans le détail, tout ce qui fait l’état social, les protections, solidarités et acquis sociaux qu’il assure. Dans cette offensive généralisée, les détenteurs de la richesse (500 familles en France) ont donc des «buts de guerre» bien précis."

08/11/2012

EUROMOBILISATION LE 14 NOVEMBRE

Grande-Bretagne, Danemark, Allemagne, Italie, Espagne, Portugal, Grèce, Roumanie...  En France, CFDT, CGT, FSU, Solidaires, Unsa s’inscrivent dans cette journée européenne d’action et de solidarité.

A l’appel de la Confédération européenne des syndicats, la journée de mobilisation du 14 novembre permettra aux travailleurs de toute l’Europe d’agir, ensemble et solidairement, pour des conditions de travail et de vie décentes. Dans toute l’Europe, les syndicats expriment leur ferme opposition aux mesures d’austérité qui plongent le continent dans la stagnation économique, voire la récession. Les traitements de choc infligés aux salariés européens montrent l’impasse de politiques qui conduisent à la destruction des droits sociaux. Chaque jour, dans toute l’Europe, les politiques d’austérité montrent leurs effets néfastes pour les salariés, les retraités et les privés d’emploi... En France, les stratégies des grands groupes et les politiques d’austérité budgétaire ont comme effets fermetures d’usines, délocalisations, chantage à l’emploi et aux salaires, précarisation, chômage record, taxation des pensions, restructurations des administrations et des services publics, coupes budgétaires, etc.

- COMMUNIQUE COMMUN CFDT, CGT, FSU, Solidaires, Unsa (clic)

La section de Romilly du PCF appelle ses adhérents et sympathisants à se mobiliser lors de cette journée européenne d’action et à participer notamment au

07/11/2012

RAPPORT GALLOIS : LE COUP DE MASSUE

Jean-Marc Ayrault a annoncé que le gouvernement reprendrait la « quasi-totalité » des préconisations du rapport Gallois. 

Tout en ne suivant pas la voix d'une baisse des cotisations sociales, il confirme le choix d'un « choc de compétitivité », dès 2013, qui boostera les profits des entreprises de 20 milliards d'euros. Cela prendrait la forme d'un crédit d'impôt indexé sur la masse salariale jusqu'à 2,5 fois le SMIC, équivalent à une baisse de 6 % du « coût du travail ».

La perte de recettes pour l’État serait compensée, dès 2014, par une nouvelle baisse des dépenses publiques (10 milliards d'euros) et une hausse des impôts indirects (10 milliards d'euros) qui concernera la TVA, frappant aveuglément la consommation populaire. Simultanément, le gouvernement entend mettre en place  une « nouvelle fiscalité écologique »  avec un prélèvement supplémentaire possible (3 milliards d'euros)  sur la consommation.

02/11/2012

CYCLEUROPE SUR LE PETIT BRAQUET

Incertitudes pour Cycleurope à Romilly après la mise en redressement judiciaire de l’usine-filiale de Machecoul en Loire-Atlantique.

Le groupe familial Grimaldi, propriétaire de Cycleurope industries SAS à Romilly et de Cycleurope KA international à Machecoul en Loire-Atlantique, a décidé de se séparer de cette dernière et vient de demander sa mise en redressement judiciaire. Pour le directeur, Jan Forssjö, la faute en revient à la grande distribution qui “contracte” les prix et s’approvisionne de plus en plus hors de France. Un argument “en béton” de la part du représentant d’un groupe qui possède plus de 30 filliales en Europe, aux USA et... depuis 2005, à Kunshan en Chine ! Cette procédure s’inscrit selon la direction dans le cadre d’un “ajustement de capacités” et serait le premier acte précédant une éventuelle reprise. Qu'adviendra-t-il si aucun acquéreur ne se manifeste ? “Nous verrons cela le moment venu”, esquive M. Forssjö.

01/11/2012

100 PARLEMENTAIRES DE LA GAUCHE EUROPEENNE REUNIS A PARIS

Intitulée « parlementaires pour une alternative », cette rencontre qui s'est tenue le 27 octobre à Paris a permis un dialogue des élus sur les trois thèmes suivants :
- Stratégies de résistance et alternatives aux plan d'austérité aux niveaux national et européen ?
- Comment protéger le travail ?
- Comment reprendre le pouvoir sur les choix économiques et budgétaire.

Un premier pas vers des coopérations entre ces parlementaires afin de mener des actions communes dans les différents pays de l'UE et au Parlement européen.

Pierre Laurent, président du Parti de la gauche européenne