30/11/2012

"PAVILLON BLEU" : VOILA LA VERITE !

Au Conseil municipal du 20 octobre 2012, le maire a lancé des accusations mensongères, teintées d'anticommunisme, relayées par la presse locale, le 22 octobre, à propos du "Pavillon Bleu" (devenu cinéma Eden). Joë Triché, au nom du PCF et de ses élus au Conseil municipal, a adressé à la presse le droit de réponse suivant :

"La presse du 22 octobre 2012 s’est fait l’écho du dernier “coup d’éclat” du maire de Romilly, Eric Vuillemin, au Conseil municipal du 20 octobre. Les pages romillonnes traitaient, en effet : “une affaire qui ressort trente ans plus tard”, et devant tous les distributeurs de notre ville, était aposée une affichette où l’on pouvait lire : “La gestion communiste revient au premier plan”. Le décor était ainsi planté. à dix-huit mois des élections municipales de 2014, E. Vuillemin enfourchait à son tour un anticommunisme vieux de cinquante ans à Romilly. Le prétexte de cette violente attaque du maire à l’encontre des communistes était l’acquisition du “Pavillon Bleu”, actuel cinema Eden, pour un coût soi-disant de 1,4 millions d’euros. Représenté par un collègue au Conseil municipal, le journaliste présent a écrit dans son compte-rendu “une anecdote financière sur laquelle Joë Triché aurait dû certainement s’expliquer. Il faudra attendre.”

Dès mon retour d’un congrès auquel j’avais assisté, j’ai bien sûr demandé au maire qu’il me transmette le dossier et qu’il me communique le montant des honoraires d’architectes versés depuis qu’il dirige la ville. De 2008 à 2011, ils représentent près de 2,2 millions d’euros ; trois fois le coût de ce qui est resté à la charge de la ville pour l’opération Eden.

La lecture et l’étude du dossier transmis m’a permis de constater avec stupeur comment le maire pouvait tromper les élus du Conseil municipal et la population. Contrairement à ce qu’il a prétendu au Conseil municipal, les 1,4 millions d’euros ne représentent pas le coût du “Pavillon Bleu”, mais de l’ensemble de l’opération, à savoir :
- l’acquisition et la démolition des anciens locaux,
- la réalisation du gros oeuvre,
- l’aménagement des trois salles de cinéma, Carné, Truffaut et Lelouch,
- la réalisation des cabines de projection et du hall d’exposition,
- la réhabilitation du pavillon du gérant.
Une opération réalisée par des entreprises auboises et surtout romillonnnes, contrairement à ce qu’a prétendu le maire. De ces 1,4 millions d’euros, il convient de déduire 265 000 € de subventions et près de 150 000 € de récupération de TVA sur l’investissement. En définitive, l’ensemble de l’opération Eden aura coûté aux contribuables moins d’un million d’euros pour un cinéma qui a accueilli depuis 1984 1,8 millions de spectateurs et plusieurs dizaines de milliers de visiteurs aux différentes expositions.

Voilà la vérité ! On est bien loin du “scandale” annoncé et complètement inventé."