21/02/2013

LES ALLOCS AU COMPTE-GOUTTES ?

Didier Migaud, le premier président de la Cour des comptes, estime que fiscaliser les allocations familiales, de même que les pensions des retraités, pouvait être une piste pour augmenter les recettes de l'Etat.

On sait aussi que, s'appuyant sur un autre rapport de la même veine de la Cour des comptes, le gouvernement espère réaliser des «économies» sur la formation professionnelle et l'indemnisation des chômeurs. Entrainé dans une spirale de toujours plus d'austérité, le gouvernement fait maintenant pression sur le Haut Conseil à la famille avec comme objectif l'équilibre des comptes de la branche Famille en évoquant les «pistes» de réflexion suivantes : soit rendre imposables les prestations familiales, soit les rendre accessibles sous conditions de ressources. Ce que le gouvernement a donné aux patrons (20 milliards de nouvelles niches fiscales), il envisage de le récupérer dans la poche de ceux qui touchent les allocations familiales et de chômage, des retraités...

14/02/2013

FINDUS : LE PCF DEPOSE UNE PROPOSITION DE LOI ET EXIGE UNE COMMISSION D'ENQUETE

Le scandale alimentaire de plats surgelés s'invite à la table au moment où l'Union Européenne saborde son budget en direction de la Politique Agricole Commune et l'aide aux plus démunis ! 

Alors que les ministres de la Consommation, de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire reçoivent les professionnels de la filière viande, la responsabilité de telles pratiques incombe aux gouvernements successifs qui, depuis plusieurs décennies, se sont refusés d'encadrer les marges et pratiques de la grande distribution, chaînes de restauration et transformateurs. Faire mine de découvrir ces agissements est malhonnête, alors que les organisations paysannes, salariés, consommateurs, revendiquent relocalisations, traçabilité et qualité. Paysans et salariés en font une exigence à même de garantir la rémunération de leur travail. Il est temps de stopper la double peine alimentaire des familles modestes condamnées à se nourrir à bas prix et sans garanties.

Il n'est pas trop tard pour que la gauche s'engage à garantir à tous une alimentation saine et accessible. Le PCF condamne ses insupportables pratiques et demande que clarté et justice soient faites. Seule une ambitieuse politique agricole et alimentaire européenne serait gage de sécurité et qualité. Les parlementaires communistes et du Front de gauche déposeront une proposition de loi en faveur de l'indication géographique obligatoire des produits transformés et demanderont l'ouverture d'une commission d'enquête.