28/06/2013

LA SANTE AU COEUR DE DEBATS FRUCTUEUX

Après les transports, l’eau, la santé a été le sujet d’un débat organisé par Pierre Mathieu et Joë Triché, auquel a participé Jean-Luc Gibelin, responsable au PCF de la santé et de la protection sociale.

Comme a tenu à le rappeler Pierre Mathieu, en ouverture de ce débat, où l’on retrouvait dans l’assistance les docteurs Mignot et Omoury, cette initiative s’inscrivait dans un très long combat des communistes romillons, mené bien sûr avec d’autres, pour la défense de ce pôle de santé de proximité. Un combat qui remonte, en effet, aux années 1970 où, sous la houlette de Maurice Camuset, alors maire, l’objectif était d’obtenir la construction d’un nouvel hôpital, toujours refusé par la droite aux affaires. Il aura fallu attendre 1982 pour qu’un ministre communiste, Jack Ralite, donne le feu vert à la réalisation de cet équipement, indispensable pour notre bassin de vie. Par la suite, d’autres actions, rassemblant des milliers de personnes, ont été organisées ; pour la création de postes à l’hôpital ou la sauvegarde de la chirurgie, alors menacée de disparition.

20/06/2013

Clic sur l'image pour voir les vidéos des Assises.

06/06/2013

ALLOCATIONS FAMILIALES : "UNE POLITIQUE D'AUSTERITE A LA PETITE SEMAINE"

Réaction de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF :

"Les annonces du gouvernement concernant les allocations familiales s'inscrivent dans une logique purement d'économie. Leur seul objectif est de gagner 2 milliards d'euros sur les politiques familiales. Une nouvelle fois, le gouvernement use et abuse du rabot. Cette politique ne repose sur aucune vision d'ensemble de l'avenir de la société, si ce n'est sur la volonté de répondre aux injonctions européennes de rigueur budgétaire. Alors qu'une loi sur la famille est annoncée pour fin 2013, le gouvernement fait le choix d'une réforme avancée des allocations, excluant par là même tout débat et toute réflexion globale.

Cette politique d'austérité à la petite semaine nous mène dans le mur. S'attaquer aux allocations familiales et à leur universalité, c'est remettre en cause le socle social et solidaire du pacte républicain, c'est menacer la démographie française, pourtant un des atouts du redressement national. Si le gouvernement souhaite trouver de l'argent qu'il s'attelle à lutter contre les 80 milliards de fraude fiscale et à mettre en œuvre une large réforme fiscale. Ce sera plus efficace économiquement et plus juste socialement."