26/07/2013

CHIFFRES DU CHOMAGE : L'ECHEC DES POLITIQUES D'AUSTERITE

L'illusion d'optique de mai n'a pas tenu la rampe. Les statistiques du chômage sont reparties à la hausse en juin.

14 900 nouveaux inscrits en métropole, soit un nouveau record à 3,279 millions, selon les chiffres publiés par le ministère du Travail. Et pour cause, les déclarations d'embauche de plus d'un mois (hors intérim) chutent de 6,5 % en juin, confirmant la diminution sur un an de 5,8 % et la tendance baissière sur les deux dernières années. L'emploi privé a diminué de 0,2 % au premier trimestre 2013 (-0,7 % sur un an). Le tout, dans un contexte de hausse massive du nombre des procédures collectives et liquidations judiciaires dans l'ensemble du secteur privé (+5,4 % et +11,2% sur un an).

Voilà un cocktail amer pour les salariés, qui n'augure en rien la perspective d'une inversion de la courbe du chômage à la fin de l'année, ni même d'une quelconque reprise de l'activité. C'est pourquoi, le volontarisme du gouvernement en matière de formation, apparaît davantage comme la volonté de masquer la réalité du sous-emploi en France, que celle de s'attaquer réellement au chômage.
Aucune des mesures annoncées par le gouvernement depuis un an (crédit compétitivité, ANI, BPI, etc) ne permet de redynamiser l'emploi et les embauches. En réalité, ces chiffres dramatiques de l'emploi et du chômage illustrent l'échec des politiques d'austérité, de baisse de la dépense publique et sociale, et de réduction du coût du travail menée depuis 18 mois par le gouvernement.

24/07/2013

LIGNE SNCF PARIS-TROYES-BELFORT :
SUPPRESSION DE SIX ALLERS-RETOURS DONT DEUX IMMEDIATEMENT

Pierre Mathieu, vice-président du Conseil régional en charge des transports, des infrastructures et de la mobilité durable, appelle à la "mobilisation générale pour défendre l'intérêt du territoire du sud de la région, déjà non desservie par la grande vitesse."

Dans un communiqué, il indique : "Le comité de suivi de la qualité de service de la ligne Paris-Troyes-Chaumont-Belfort, sous responsabilité de l'Etat depuis janvier 2011, vient de se réunir sous la présidence de Daniel Bursaux, directeur de la DGITM. Sans plus attendre et compte tenu de leur extrême gravité, je tiens à rendre publiques les décisions annoncées et en préparation.

Ce comité de suivi, dont le Conseil régional demandait la réunion depuis de nombreux mois, a été convoqué “à la va-vite” en pleine de période de congés, dans des conditions inadmissibles (invitations parvenues les 19 et 20 juillet pour une réunion se tenant à Paris le 23), sans ordre du jour, sans document préparatoire et sans même de documents remis en séance ! Cette façon de procéder explique certainement l'impossibilité dans laquelle se sont trouvés de nombreux élus, dont ceux de l'Aube particulièrement concernés, de participer à cette réunion. Mais le plus grave et le plus préoccupant sont les décisions annoncées au cours de ce comité de suivi, à savoir l'annonce de la suppression immédiate et définitive des deux allers-retours actuellement suspendus pour cause de difficultés dûes à la vétusté du matériel roulant.

20/07/2013

REPAS CHAMPETRE : UNE BELLE REUSSITE

70 personnes réunies dimanche 7 juillet à l'arboretum de la Béchère, dans une ambiance conviviale et champêtre, autour d'un barbecue auquel participaient Pierre Mathieu, Joë Triché et Jean-Pierre Cornevin. On y a bien sûr parlé des municipales de 2014, mais aussi du dossier relatif à la récente modification par la droite municipale des contrats initiaux d'affermage de l'eau et de l'assainissement, où Véolia n'a pas respecté ses engagements. Des avenants qui auront d'importantes conséquences financières pour les Romillons.

LE POIDS DES MOTS...
- Lire : clic
- La conférence de presse des élu-e-s communistes dans l'Est-Eclair : clic

... LE CHOC DES PHOTOS : clic sur plus d'infos pour voir le DIAPORAMA

19/07/2013

HENRI ALLEG : HONNEUR DE NOTRE NATION

Henri Alleg s'est éteint le 17 juillet. C'est pour les communistes, mais aussi pour les peuples français et algérien, cause d'un immense chagrin.

Résistant à toutes les formes de domination et d'oppression, Henri Alleg a été du combat fondamental du XXe siècle pour l'émancipation du genre humain que fut la lutte anti-coloniale. Arrivé en 1939 à Alger, c'est à 20 ans - en 1941 - qu'il choisit de rejoindre le Parti communiste algérien, alors illégal. Henri assuma d'importantes responsabilités à la jeunesse communiste, puis au parti avant de devenir directeur d'Alger républicain. Le nom d'Henri Alleg demeurera irrémédiablement synonyme de vérité, de courage, de justice. Engagé pour la paix, l'indépendance et la démocratie en Algérie, Henri a été torturé et emprisonné, transféré à Rennes dont il s'était évadé en 1961.

11/07/2013

EDF : PLUS FORTE HAUSSE DEPUIS 10 ANS !

La première décision de Philippe Martin, nouveau ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, a été d’augmenter les tarifs d’électricité de plus de 5 % pour 2013 et 2014. Il s’agit de la plus forte hausse de ces dix dernières années. Et est à l'étude une 3ème hausse de 5% au 1er août 2015, soit une augmentation du tarif bleu (pour les particuliers et les petites entreprises) de 15,8% en deux ans.

A défaut d’être chaud, l’hiver s’annonce coûteux ! Cette annonce représente un cadeau de départ en vacances, dont nombre de français auraient aimés se passer ! Cette augmentation est inacceptable. Elle porte exclusivement sur les tarifs règlementés pour les particuliers : une fois encore les grandes entreprises en sont préservées. La Commission de régulation de l'énergie demandait depuis plusieurs années une augmentation des tarifs de l’énergie pour donner à EDF les moyens d’investir dans son outil industriel et productif. Le gouvernement Sarkozy/Fillon avait volontairement limité les hausses dans la perspective des élections présidentielles et législatives de 2012.

04/07/2013

EAU - ASSAINISSEMENT : LES ELUS COMMUNISTES SAISISSENT LA JUSTICE

Eric Vuillemin et sa majorité veulent faire payer deux fois les ménages romillons. Inacceptable pour les élus communistes qui ont décidé de porter le dossier devant le tribunal administratif. Plusieurs recours ont été déposés le 26 juin dernier par Me Jean-Louis Peru, avocat du cabinet Gaïa.

Le maire s’assoit sur les engagements de 2004 !
Le 26 avril, le maire présentait au Conseil municipal deux avenants aux contrats d’affermage conclus en 2004 avec la société Ruas, rachetée par Véolia. L’un d’entre eux modifie sensiblement les conditions économiques de ces contrats. Initialement, était prévu le remplacement et le financement de 1 800 branchements en plomb. Ces travaux étaient financés pour la durée des contrats (10 ans) par les usagers, dans le cadre de la part qui revient à la société délégataire des services de l’eau (Cf. facture d’eau). Ce sont donc 1 080 000 euros qui sont sortis de la poche des familles pour le remplacement de ces branchements. Or, à l’échéance de ces contrats (2014) Véolia n’aura pas respecté ses engagements, puisque seulement 945 branchements en plomb auront été remplacés alors que les usagers en auront payé 1 800. Des engagements que les maires successifs n’ont pas fait respecter, pas plus aujourd’hui qu’avant 2008. Il était prévu contractuellement le remplacement de 180 branchements chaque année. Plutôt que de protéger cette société du CAC40, le maire avait la responsabilité de veiller au respect des engagements signés en 2004, et de protéger les usagers. Il ne l’a pas fait, bien au contraire.

CET ENDETTEMENT QUI GENE ET QUI AGAGE

Au Conseil municipal du 27 juin dernier, Denys Prieur, maire-adjoint aux finances (et expert-comptable de son métier) aura réussi le tour de force de présenter un rapprt sur la dette... sans citer une seule fois son montant réel !

Cela en espérant, bien sûr, masquer son ampleur. Il a tout juste parlé de la dette du budget principal ; 20,1 millions d’euros, soit 1 436 euros par habitant. Une attitude qui démontre bien l’embarras de la municipalité. Et Eric Vuillemin a beau accuser Joë Triché de «gonfler» les chiffres, la réalité est bien là et est très explicitement exposée, tableaux à l’appui, dans le rapport présenté au Conseil municipal.