25/10/2013

L'OPPOSITION QUITTE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL

L'opposition (PCF-PS-MRC) a quitté, jeudi 24 octobre, la séance du Conseil municipal pour marquer son mécontentement face aux méthodes anti-démocratiques du maire Eric Vuillemin. Intervention de Joë Triché au nom de l'opposition :

"Monsieur le Maire,

A l’approche des élections municipales, vous ne pouvez pas tout vous permettre, encore moins de mépriser le Conseil municipal et les élu-e-s qui le composent. Depuis quelque temps, en effet, vous vous comportez en véritable monarque, considérant notre assemblée communale pourtant issue du suffrage universel, comme une vulgaire chambre d’enregistrement où les élus n’auraient rien à dire. Leur rôle, selon vous, se bornerait à entériner ce que vous avez décidé on ne sait avec qui. Dans ces conditions, à quoi bon assister au Conseil municipal puisque tout est décidé ailleurs et annoncé dans la presse avant même que notre assemblée en débatte et exprime ses choix par un vote ? Quel manque de respect à l’égard des élu-e-s qui ont décidé de se mettre au service de leur ville et de ses habitants !

17/10/2013

REFORME DU FERROVIAIRE : "UN PROJET DE LOI A MODIFIER EN PROFONDEUR"


Pierre Mathieu, vice-président du Conseil régional en charge des transports, et 14 de ses collègues vice-présidents de régions, s'expriment sur la réforme ferroviaire présentée le 16 octobre au Conseil des ministres.

Pour satisfaire de manière durable les besoins grandissants de mobilité de nos concitoyens, du transport des marchandises par le rail, notre pays, ses territoires ont besoin d’une réforme ambitieuse du système ferroviaire. Pour atteindre les objectifs de réduction des gaz à effet de serre, pour réussir la transition énergétique il est indispensable de donner au rail et au service public les moyens d’une nouvelle efficacité.

Alors que depuis des  mois s’exprime dans les milieux syndicaux, associatifs et les parti politiques de gauche et écologiste, l’exigence d’une réforme structurelle et financière ambitieuse, force est de constater, qu’en l’état, le projet de loi portant sur la Réforme du ferroviaire n’est pas à la hauteur des défis à relever. L’absence de réponse aux questions majeures du désendettement du système ferroviaire et de la mise en place de financements nouveaux, pérennes, dynamiques compromet une rénovation en profondeur du service public ferroviaire voyageurs et fret. Sur la  transition écologique, l’aménagement du territoire, le social, les financements c’est une réponse à courte vue qui est proposée.

06/10/2013

BRIGNOLES : NE PAS S'ABSTENIR ET FAIRE BARRAGE A L'EXTREME DROITE

Communiqué de la direction nationale du PCF : 

Le premier tour des élections cantonales partielles de Brignoles a été marqué par une abstention record de près de 70%. Cette triste participation, en conformité avec toutes les partielles précédentes, résulte avant tout de la désespérance que la politique du gouvernement suscite chez les électeurs de gauche. C'est elle qui met le candidat du FN en position de l'emporter au 2ème tour.

Les tentatives à droite de banaliser le FN sont aussi responsables du fait que les deux candidats d'extrême droite totalisent près de 50% des suffrages exprimés. C'est une situation d'une extrême gravité pour la démocratie et pour le combat contre l'austérité !

La division à gauche provoquée par la candidate d'EELV, et encouragée par de trop nombreux socialistes locaux, malgré les prises de position de la direction nationale du PS, prive notre candidat, prive la gauche de l'accès au second tour. Même si ce second tour aurait été difficile, EELV porte la responsabilité de la seule présence de l'UMP et du FN.

[...] Dans cette situation grave pour tous les citoyens du canton de Brignoles, le Parti communiste français appelle dimanche prochain à faire barrage à l'extrême droite. Le résultat dramatique de cette élection appelle plus que jamais à un changement de politique gouvernementale et à la construction d'une véritable perspective politique à gauche. Rassembler en ce sens est au cœur de l'action du PCF.

02/10/2013

COMPTEURS D'EAU : UN LOGEMENT, UN ABONNEMENT !

Telle n'est pas la règle appliquée par Véolia aux 100 locataires d'Aube-Immobilier habitant dans le Nouveau Romilly (rues Guy-Môquet, P.-V. Couturier et Diderot).

Il n'en fallait pas plus pour déclencher la colère des locataires. En effet, après des modifications concernant le chauffage, un deuxième compteur a été installé dans chaque appartement. Les locataires se retrouvent donc avec deux compteurs : un pour l'eau chaude et l'autre pour l'eau froide. Ils doivent donc payer à Véolia deux abonnements (plus la TVA). Pour cette société du CAC, 40 qui réalise des milliards d'euros de profits, tout est possible, surtout quand il s'agit de faire payer les usagers.

Mais des locataires vigilants ont alerté les élu-e-s communistes concernant cette injustice qu'ils subissent. Joë Triché et Pierre Mathieu ont aussitôt invité les familles de ce secteur à une réunion (notre photo) qui s'est tenue au pied des immeubles. La colère et l'exaspération se sont très vits exprimées. Dans ce quartier, en effet, "on ne roule pas sur l'or", bien au contraire. Petits salaires, petites retraites, jeunes sans boulot, familles monoparentales ; la vie est loin d'être facile. La volonté de ne pas se laisser faire s'est aussi très vite manifestée. Pétition et délégation chez Véolia vont être prochainement organisées.

LIGNE SNCF PARIS-ROMILLY-TROYES :
"IL EST POSSIBLE DE RETABLIR IMMEDIATEMENT LES DEUX ALLERS-RETOURS SUPPRIMES"

Vice-président du Conseil régional en charge des transports, Pierre Mathieu fait le point de la mobilisation engagée. 

On vous sent très remonté suite à la suppression de 2 trains allers-retours entre Troyes et Paris et aux annonces que la desserte pourraient encore être réduite en 2015-2016.
Pierre Mathieu : On le serait à moins ! Il s’agit là d’un mépris total vis-à-vis des usagers et des collectivités de notre région, qui mobilisent des moyens financiers importants pour moderniser l’infrastructure et électrifier la ligne, et qui font des efforts conséquents pour améliorer les gares et leur environnement. Je pense d’abord aux usagers dont certains se trouvent piégés par cette décision unilatérale de l’état et de la SNCF et aux conséquences dramatiques qui peuvent en découler pour notre activité économique, pour l’université, pour le tourisme... De nombreuses familles ont fait le choix de venir résider dans l’Aube au regard d’une desserte ferroviaire qui leur permet d’aller au travail sur Paris. On voudrait tuer ce dynamisme d’installation que l’on ne s’y prendrait pas autrement ! Cette décision unilatérale et les annonces faites vont à l’encontre de tous les engagements pris à ce jour au plus haut niveau de l’état, concernant l’avenir de la ligne nationale SNCF Paris-Troyes-Chaumont-Belfort, sous responsabilité de l’état depuis le 1er janvier 2011. Il n’est pas question pour nous d’entériner ce qui s’apparente à un véritable coup de force contre le sud de la Champagne-Ardenne. C’est pourquoi avec le Président du Conseil régional, nous avons pris l’initiative d’une réunion exceptionnelle des comités de ligne qui rassemblent tous les acteurs concernés (usagers, élus, associations, acteurs socio-économiques…) de l’Aube et de la Haute-Marne. Au cours de celle-ci une unanimité s’est dégagée pour développer l’action, fédérer les efforts de tous et obtenir que l’état et la SNCF respectent pleinement leurs engagements. Nous demandons au ministre des transports de nous recevoir avec l’ensemble des collectivités concernées. Je me félicite que suite au vœu que j’ai proposé lors de la session du 30 septembre, ainsi qu’à celui d’autres élus, le Conseil régional ait pris position à l’unanimité (Lire ci-dessous).