25/10/2013

L'OPPOSITION QUITTE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL

L'opposition (PCF-PS-MRC) a quitté, jeudi 24 octobre, la séance du Conseil municipal pour marquer son mécontentement face aux méthodes anti-démocratiques du maire Eric Vuillemin. Intervention de Joë Triché au nom de l'opposition :

"Monsieur le Maire,

A l’approche des élections municipales, vous ne pouvez pas tout vous permettre, encore moins de mépriser le Conseil municipal et les élu-e-s qui le composent. Depuis quelque temps, en effet, vous vous comportez en véritable monarque, considérant notre assemblée communale pourtant issue du suffrage universel, comme une vulgaire chambre d’enregistrement où les élus n’auraient rien à dire. Leur rôle, selon vous, se bornerait à entériner ce que vous avez décidé on ne sait avec qui. Dans ces conditions, à quoi bon assister au Conseil municipal puisque tout est décidé ailleurs et annoncé dans la presse avant même que notre assemblée en débatte et exprime ses choix par un vote ? Quel manque de respect à l’égard des élu-e-s qui ont décidé de se mettre au service de leur ville et de ses habitants !

Je ne prendrai que deux exemples récents pour illustrer mon propos.
- Celui de la reprise de l’emprunt concernant la construction du centre équestre que nous avons appris, tout comme les dirigeants du RS10, par le journal, c’est-à-dire le 28 septembre avant même d’avoir reçu l’ordre du jour et les rapports du Conseil municipal du 5 octobre où cette question y figurait. Ainsi, ce dossier d’un coût de 500 000 euros n’a fait l’objet d’aucune réunion des commissions des sports et des finances, ni même de la moindre information ou étude avec les instances dirigeantes du RS10, pourtant jusqu’à ce jour propriétaire de cet équipement. Pire, vous avez menti au Conseil municipal quand vous avez prétendu que ce dossier avait été vu avec l’expert-comptable du club, ce qui est totalement faux.

- Duuxième exemple, mardi 15 octobre, c’est-à-dire neuf jours avant le Conseil municipal de ce soir, nous avons appris que vous aviez décidé d’acheter au promoteur de l’ex-friche Sorotex ; un immeuble dont le coût est estimé à 400 000 euros pour y installer l’office de tourisme, l’exposition permanente de la Résistance et le musée de la bonneterie. Pourquoi pas ? Mais là encore aucune information, aucune discussion ni étude sur un tel projet en commissions. N’y-a-t-il pas une commission «grands projets» ?

Décidément, vous considérez le budget de la ville comme votre propre budget personnel ; vous taillez et rognez à votre guise, à la différence près que, concernant le budget de la ville, il s’agit de l’argent des contribuables. Et s’agissant de l’argent des contribuables, la plus grande transparence s’impose, tout comme l’absolue nécessité de solliciter en amont l’avis de la population. C’est pourquoi, pour manifester solennellement et avec force notre mécontentement à l’égard de vos méthodes, nous ne participerons pas au Conseil municipal de ce soir."