24/09/2015

BAISSE DES DOTATIONS D’ÉTAT AUX COMMUNES :
BAROIN CONTRE L’AUSTÉRITÉ ? BELLE ARNAQUE !

Manifestation des élus communistes en novembre 2014
Les maires de l'Aube, comme partout en France, se sont mobilisés contre l'asphyxie budgétaire programmée de leurs communes. François Baroin, médiatiquement placé en chef de croisade anti-austérité, oublie de dire que son parti, Les Républicains, préconise 60 milliards d'euros de coupes supplémentaires (pouvant monter à 100 milliards) ajoutées à ce que prévoit l'actuel gouvernement. Cherchez l'erreur !

Franchement, François Baroin en "frondeur" s’élevant contre les restrictions financières aux collectivités, quelle arnaque ! Certes, il a beau jeu, ès-qualités de président de l'Association des maires de France, de s’émouvoir des coupes sombres budgétaires imposées aux communes : des dotations en baisse de 30% pour un montant cumulé de 15,8 milliards € d'ici à 2017. Les élus communistes ont tiré la sonnette d’alarme depuis déjà plusieurs mois dans les territoires. Augmentation des tarifs des services publics, non remplacement des départs à la retraite, suppressions de postes, augmentation du chômage, casse de l’investissement public, mais aussi problèmes d’entretien des bâtiments… Les illustrations sont nombreuses pour démontrer l’impact de cette situation sur la vie quotidienne de la population.

21/09/2015

VICTOIRE DE SYRIZA EN GRECE :
"A NOUS DE PRENDRE LE RELAIS"

Réaction de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, président du Parti de la gauche européenne (PGE) :

"Avec 35,5% des voix, Syriza remporte nettement les élections législatives anticipées en Grèce. Malgré l'accord insupportable imposé en juillet et la crise politique dans la gauche, les Grecs viennent d'affirmer, pour la troisième fois cette année, leur confiance en Syriza et Alexis Tsipras pour gouverner leur pays. L'ensemble de la coalition gouvernementale de janvier est confortée. Syriza (145 sièges) et Anel (10 sièges) remportent la majorité parlementaire.

La droite de Nouvelle démocratie est battue. Avec elle, l'ensemble des gouvernements européens qui se sont acharnés avec une violence extrême à déstabiliser le premier gouvernement Tsipras et à imposer de nouvelles mesures d'austérité, des privatisations, et des confiscations de souveraineté.
C'est un nouveau message de lutte envoyé par le peuple grec à toutes les sociétés européennes. La victoire de Syriza est un sérieux atout pour toutes les forces progressistes d'Europe.

De dures luttes attendent encore le peuple grec. La Grèce va avoir besoin de toute notre solidarité dans les semaines et mois qui viennent pour renégocier sa dette et déverrouiller le carcan d'austérité.
C'est aujourd'hui à nous de prendre le relais pour des victoires en France qui permettront de libérer tous les peuples européens de l'austérité, changer la table des négociations pour changer l'Europe."

17/09/2015

21 SEPTEMBRE : MOBILISONS-NOUS POUR LA PAIX
SOLIDARITÉ AVEC TOUS LES RÉFUGIES ET MIGRANTS

Le PCF appelle à faire du 21 septembre prochain, Journée mondiale de la paix, une journée de mobilisation, de solidarité et de soutien aux réfugiés et migrants.

Face au drame de centaines de milliers de réfugiés et migrants qui fuient la guerre, le chaos, et la misère, notre colère et notre émotion sont immenses. Pour les communistes, la première des urgences est sans tergiverser la solidarité et le devoir d'accueil, sans discrimination, des réfugiés et des migrants. Aujourd'hui enfin, grâce à l'engagement citoyen devant l'insoutenable, les verrous de l'égoïsme sont en train de sauter.Nous saluons toutes celles et tous ceux qui en sont les artisans. Le temps a été trop long, il a coûté trop cher en vies humaines : 29 000 morts en dix ans en Méditerranée et aux portes de l'Europe.

A l’heure où le président de la République, François Hollande, engage l’armée française en Syrie, nous devons nous interroger : la poursuite de cette stratégie, en dehors de tout mandat de l'ONU, peut-elle amener la paix au peuple syrien et au Proche et Moyen-Orient ? Des solutions de paix existent : elles passent, dans l’immédiat, par accueillir en France plus de réfugiés que les seuls 24 000 en deux ans annoncés ; et par un engagement ferme dans un processus de résolution de la crise syrienne et de transition démocratique. Depuis le retour de la France dans le commandement intégré de l’OTAN, notre pays a abandonné toute politique extérieure indépendante laissant la main à l'OTAN qui fait fi des principes d'égalité entre peuples et entre nations, de solutions concertées et négociées, et de prévention des conflits. La France doit aujourd'hui s'extraire de l'organisation atlantiste. Le monde, l'humanité, a besoin d'un changement complet des logiques de puissances, de domination et d'exploitation qui pèsent sur les relations internationales.

13/09/2015

FETE DE L'HUMANITE :
GRAND ENTRETIEN AVEC YANIS VAROUFAKIS


Samedi 12 septembre, Yanis Varoufakis, l'ex-ministre des finances grec 
était l'invité de Rosa Moussaoui à l'agora de l'Humanité

07/09/2015

REGROUPEMENT DE LA GAUCHE UNITAIRE ET DU PCF

Pierre Laurent (PCF) et Christian Picquet (GU)
à la fête de l'Humanité
La Gauche unitaire considère que l’heure n’est plus à l’émiettement et à l’éparpillement des forces travaillant à ouvrir une nouvelle perspective pour la gauche. Elle a donc décidé de regrouper ses forces avec celles du Parti communiste français au sein de ce dernier.

Déclaration commune de la Gauche unitaire et du PCF :
"Le Parti communiste français et Gauche unitaire s’inscrivent l’un et l’autre dans la continuité du combat séculaire des dominés et du mouvement ouvrier pour l’émancipation humaine, pour un monde de justice et d’égalité réelle, pour une société pleinement démocratique et fondée sur l’universalité des droits.

Nos deux organisations ont en commun de puiser au meilleur de la pensée humaine, de l’apport des Lumières, des idéaux mis en avant par la Révolution française, de l’action de Jaurès en faveur de la République sociale. Elles se revendiquent, face à un capitalisme dont la cupidité n’a cessé de grandir, de l’apport irremplaçable de Marx, qui avait choisi le mot de communisme pour désigner le mouvement même d’abolition de l’ordre existant. Si l’histoire tourmentée du XXè siècle a profondément meurtri, et même dévoyé, cette belle promesse de « mise en commun » s’opposant à la concurrence de tous contre tous, il s’agit à présent de la réhabiliter afin de rouvrir enfin à l’humanité un horizon d’espérance. Par-delà leurs histoires propres, leurs traditions politiques respectives, la manière dont ils ont pu appréhender le passé, le Parti communiste français et Gauche unitaire ont pu vérifier, à la chaleur du travail réalisé conjointement, qu’ils se retrouvaient dans une commune volonté de reconstruire une perspective crédible et ambitieuse de transformation sociale.

01/09/2015

UNIVERSITÉ D’ÉTÉ DU PCF :
RASSEMBLER CONTRE L'AUSTERITÉ

Dans une rentrée politique que Pierre Laurent qualifie de “spectacle pitoyable”, plus de 700 communistes ont passé un week-end studieux, les 28, 29 et 30 août aux Karellis en Savoie, sur le projet et leur entrée en campagne pour les élections régionales.

Si le premier ministre estime qu’«à force d’aller à gauche toute, on finit à droite», aux Karellis où s’est tenue l’université d’été du PCF, on pensait plutôt que la droite, ou au moins sa politique, est déjà bien installée au gouvernement. «Dans un pays qui a un gouvernement soi-disant de gauche, 5 millions de chômeurs et pas de ministre du Travail... quel terrible symbole de démission», a lancé Pierre Laurent.

Course à l’échalote
La course à l’échalote libérale du gouvernement, de la tribune de M. Valls dans Les Echos à la dernière “macronade” sur les 35 heures, en laisse plus d’un perplexe. «E. Macron n’aime pas la réduction du temps de travail, paraît-il, ce n’est pas “moderne”. Il se moque du monde. Sa politique empêche des millions de français de travailler, tout simplement», a estimé, dans son intervention, le secrétaire national du Parti communiste, qui a ensuite évoqué le «déchirement d’EELV pour quelques maroquins ministériels, pour des places aux élections régionales», une primaire de la droite qui s’annonce «sanglante» ou encore la guerre du clan Le Pen, comme autant d’éléments surmédiatisés d’un «spectacle politique pitoyable». Bien évidemment, la situation en Grèce a aussi été un sujet majeur. Tsipras pouvait-il faire autrement ? Comment fissurer le mur auquel il s’est heurté et sortir du piège de l’austérité ? Autant de questions qui méritent de s’y attarder, mais, a prévenu Pierre Laurent, ne nous trompons pas de cible, notre ennemi sera toujours l’Europe de la finance. On a aussi discuté du Projet, «La France en commun», qui donnera lieu à une convention nationale au printemps 2016.