21/01/2016

LA MOBILISATION POUR LA LIBERTÉ ET POUR SE LIBÉRER DE L’AUSTÉRITÉ, C'EST CELA L'URGENCE !

Avec la réforme constitutionnelle, ce sont les fondamentaux de la démocratie qui sont attaqués au motif de la défendre. 

Un gouvernement "déchéant"
En reprenant l'idée de déchéance de nationalité, le gouvernement copie lamentablement la droite et le Front national à des fins politiciennes. Cette mesure est grave car elle ne répond en rien à la demande de sécurité des Françaises et des Français durement touchés par les attentats de 2015. Qui peut croire que la déchéance de nationalité arrêtera un terroriste ? Personne, même pas Manuel Valls qui préfère parler de symbole. Ce qui est d'autant plus grave, car parler de « symbole » pour diviser la communauté nationale en blâmant et stigmatisant une partie des français est irresponsable et inadmissible.

14/01/2016

LA LUTTE SOCIALE N'EST PAS UN CRIME !
SIGNEZ L'APPEL DES GOODYEAR

Militants écologistes assignés à résidence, syndicalistes poursuivis au pénal, condamnés à de la prison ferme. La répression sociale n’aura jamais été aussi violente, renforcée par le contexte d’état d’urgence.

L’infamie. Mardi, alors que les cadres concernés et l’entreprise avaient retiré leurs plaintes, à la demande du procureur de la République, représentant de l’état, ce sont des travailleurs que la justice a décidé d’enfermer en prison comme des criminels. Huit ex-salariés de l’usine Goodyear d’Amiens-Nord ont été condamnés à neuf mois de prison ferme pour la «séquestration», durant trente heures en 2014, de deux cadres dirigeants de cette usine qui a fermé en 2014. Le lendemain, deux militants CGT d’ERDF-GRDF étaient, eux aussi, condamnés à mille euros d’amende avec sursis «pour entrave concertée à la liberté de travail» par le tribunal correctionnel de Paris. Les faits reprochés aux deux syndicalistes ? Avoir raccompagné une salariée licenciée à son poste de travail en faisant beaucoup de bruit !

Hollande et Valls ont décidé de déclencher une répression sans précédent contre les syndicalistes
Même si cette condamnation n’a pas de commune mesure avec celle des ex-Goodyear, «ce jugement est important en termes de jurisprudence», s’inquiète Cédric Liechti, secrétaire général CGT du syndicat de l’énergie de Paris : «toute action collective en nombre, à l’intérieur d’une entreprise, pourra être attaquée au nom de la liberté de travail. On ne devra revendiquer qu’à l’extérieur de l’entreprise. Les deux décisions d’aujourd’hui ont une résonance politique et auront un impact négatif sur le procès des salariés d’Air France. Les syndicalistes sont de plus en plus poursuivis au pénal comme des voyous.»

Comme pour Goodyear, avec le retrait de plaintes, c’est le parquet qui demande de durcir les condamnations ; 1 500 € d’amende pour les salariés d’EDRF-GRDF alors que la partie civile demandait... 1 € ! 4 décembre 2015 : un ancien salarié de Tefal a été condamné après avoir communiqué à l’inspectrice du travail des documents de la direction prouvant qu’elle voulait écarter la fonctionnaire embarrassante ; Air France... A Lyon, le parquet s’obstine à attaquer en cassation deux syndicalistes CGT pour diffusion de tracts sur l’autoroute en 2010. Des syndicalistes relaxés deux fois, mais contre qui le procureur s’acharne.

Avec la révoltante condamnation des ex-Goodyear, c’est la première fois depuis un demi-siècle qu’un gouvernement a demandé que soient requises des peines de prison ferme contre des salariés en lutte contre la fermeture de leur usine.

SIGNEZ L'APPEL DES GOODYEAR

Clic sur l'image