28/05/2016

MACRON : LE MÉPRIS DE CLASSE DU BOURGEOIS BORNÉ

"La meilleure façon de se payer un costard, c'est de travailler", a déclaré le ministre de l'Économie, en déplacement vendredi dans l'Hérault face à deux militants de la CGT, venus l'interpeller sur le projet contesté de loi Travail. La vidéo de cet échange musclé a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux.

Vendredi lors d'un déplacement dans les rues de Lunel dans l'Hérault, Emmanuel Macron, qui est à la veille du lancement de sa campagne de porte-à-porte pour son mouvement En marche !, en profite pour faire un peu de com’ auprès de la population. Sauf que le ministre de l'Économie avait peut-être oublié le mouvement de constestation contre la loi El Khomri. Deux grévistes de la CGT, eux, ont interpellé Emmanuel Macron, lui reprochant notamment le passage en force de la loi avec le recours au 49-3 à l'Assemblée nationale. Le ministre s’est défendu d’avoir « des leçons à recevoir ». « Si vous ne voulez pas que la France soit bloquée, arrêtez de la bloquer » a-t-il lancé à l’attention d’un militant. Puis agacé, il s'emporte et déclare : "Vous n'allez pas me faire peur avec votre tee-shirt. La meilleure façon de se payer un costard, c'est de travailler". "Mais je rêve de travailler monsieur Macron", lui répond un des deux syndicalistes. Cet échange a donné lieu à de nombreuses réactions sur Twitter. La militante Caroline de Haas, initiatrice de la pétition « Loi travail ? Non merci ! » a lancé un mot-clé #UnTshirtpourMacron.


Emmanuel Macron avait déjà révélé son mépris de classe lorsqu'il avait évoqué "l'illettrisme" des ouvrières de l'abattoir Gad. En septembre 2014, sur Europe 1, l’ex-banquier de chez Rothschild avait déclaré : « Il y a dans cette société une majorité de femmes. Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées. » Marie-George Buffet avait alors réagit à ces propos : "un mépris incommensurable à l’égard des femmes ouvrières. Pour justifier la casse du code du travail et des acquis sociaux  réclamée par le MEDEF, Emmanuel Macron remet sur le tapis des idées que l’on croyait révolues pour caricaturer les femmes, les ouvrières, et surtout justifier la faiblesse et l’inégalité des salaires féminins."

27/05/2016

HISTOIRE DU PCF :
PLUS DE 500 000 DOCUMENTS NUMÉRISÉS ET ACCESSIBLES GRATUITEMENT

Du 25 au 27 mai, s’est tenu à Dijon un colloque international sur « l’histoire du PCF dans une perspective transnationale 1917-1991 ».

C’est la Maison des sciences de l’homme (MSH) de l’université de Bourgogne qui  accueillait les 50 intervenants européens de ce colloque. On ne se félicitera jamais assez d’une telle initiative, au moment où le PCF ouvre son 37ème congrès. Lors des débats, l’histoire du PCF – et plus généralement du mouvement communiste –, la façon de l’appréhender mais aussi d’en tirer les leçons, suscite toujours des débats. D’où l’importance de disposer d’outils objectifs, fidèles à la réalité.

Une des motivations du colloque était d’annoncer l’ouverture d’un portail d’accès numérique aux « fonds français » de l’Internationale communiste à Moscou. Cette plate-forme, financée par l’Association Nationale de la Recherche (ANR), a été baptisée Projet ANR Paprik@2F ((Portail Archives Politiques Recherches Indexation Komintern et Fonds français). Plus de 500 000 clichés d’archives y sont consultables gratuitement en ligne, grâce au travail réalisé pendant trois ans par une équipe d’archivistes, d’informaticiens et d’historiens de la MSH Dijon et du centre Georges-Chevrier, avec l’appui des Archives nationales. Ce portail offre aux chercheurs, aux étudiants, mais aussi à tous les citoyens férus d’histoire contemporaine, un pan entier d’une histoire qui a marqué le XXème siècle : celle du communisme et spécifiquement du PCF entre 1917 et 1947, avec un « accès démocratique » aux archives, « fidèle à notre conception du service public de la recherche », dont se félicitent à juste raison les initiateurs.

26/05/2016

LOI TRAVAIL : APPEL DU PCF A LA MOBILISATION


La mobilisation contre la loi El Khomri s'amplifie : blocage des raffineries, grève à la SNCF, à La Poste, à la RATP, chez les routiers, des actions locales, dans des universités, dans des entreprises… Plusieurs manifestations et actions se préparent dans les jours et semaines qui viennent. Nous soutenons toutes les initiatives, toutes les grèves de branches, de secteurs, locales qui voient le jour. Nous encourageons les adhérent-e-s du parti à participer à l'amplification de ces actions.

Ce mouvement s'amplifie parce que le cœur du projet de loi El Khomri, avec notamment l'inversion de la hiérarchie des normes, est confirmé par le gouvernement, la droite et le patronat, malgré l'opposition archi majoritaire à ce texte dans le pays. Après le passage en force en première lecture à l'Assemblée Nationale, le texte va passer au Sénat le 13 juin. L'ambition de la majorité de droite est de durcir encore le projet de loi en renforçant son caractère libéral, anti-social, pour essayer de le faire adopter en deuxième lecture à l'Assemblée nationale. Pour contrer ce scénario, la mobilisation et les grèves doivent s'élargir pour le retrait du texte, et pour censurer le gouvernement s' il tente encore une fois de passer en force.

Face au bras de fer qui est engagé, nous appelons à réussir la manifestation nationale du mardi 14 juin à Paris. Nous appelons l'ensemble des communistes, des organisations locales, départementales, régionales du parti, l'ensemble des élu-e-s communistes à préparer et à participer à la manifestation, en portant nos propositions alternatives pour une véritable sécurisation de l'emploi et de la formation pour tous. Réussir le 14 juin, c'est donner du poids à nos exigences, à nos revendications et de la voix aux élu-e-s communistes à l'Assemblée nationale et au Sénat qui ne lâchent rien pour obtenir le retrait du projet de loi.

D'ici là, nous invitons à participer à la votation proposée par les organisations de jeunesse dont la JC et l'UEC, ainsi qu'aux différentes manifestations, rassemblements comme le 6 juin.
Paris, le 23 mai 2016 - Comité exécutif du PCF