29/12/2016

TURQUIE - L’ÉCRIVAINE ASLI ERDOGAN REMISE EN LIBERTÉ PROVISOIRE
UN PREMIER SUCCÈS DE LA MOBILISATION INTERNATIONALE

L’écrivaine turque, incarcérée depuis août pour une prétendue appartenance au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), a comparu le 29 décembre, à l’occasion de la première audience d’un procès politique, dans une Turquie qui est devenue une dictature.

- «La main du bourreau finit toujours par pourrir. » Ces mots empruntés au poète Roland Giguère par les soutiens d’Asli Erdogan, la romancière turque emprisonnée par le régime islamo-conservateur, ont résonné pendant son procès pour « appartenance à une organisation terroriste ». En l’occurrence le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), duquel elle ne s’est jamais revendiquée. Asli Erdogan comparaissait avec huit autres intellectuels.  Les conditions de détention et la mise en scène du procès semblent à eux seuls faire écho à l’œuvre d’Asli Erdogan. « Si les hommes ont inventé les grilles de fer, n’est-ce pas pour que les ténèbres qui règnent dans leurs maisons ne filtrent pas vers l’extérieur ? » interrogeait-elle dans les Oiseaux de bois.

14/12/2016

SACVIR : QUAND LE MAIRE DEVIENT RIDICULE

A chaque fois qu’il est en difficulté, le maire brandit la SACVIR comme un épouvantail. 

Mais en réalité, combien pèse la dette de cette société dans le budget municipal ? à cette interrogation, le maire a répondu dans son édito du bulletin municipal n°30 : 74 000 euros... soit environ 0,005% du budget de la Ville (15 millions d'euros). Or, les recettes produites par le patrimoine immobilier de l’ex-SACVIR sont environ dix fois supérieures à cette somme.

En effet, chaque année, la Ville encaisse les taxes d’habitation et foncières des logements locatifs (immeubles et pavillons) ainsi que celles du lotissement Romilly Aviation-Sud, où 87 pavillons sont construits. Rappelons encore que cette «fameuse dette» n’est autre que les emprunts contractés pour réaliser la place des Martyrs et des locaux commerciaux qui, eux-mêmes, ont produits des recettes (ventes et locations).

Et puis, emprunts toxiques, SACVIR, baisse des dotations de l’Etat, tout cela, Eric Vuillemin le connaissait aux moment des élections municipales de 2014. Cela ne l’a pas empêché de promettre la poursuite de la baisse des impôts locaux (relire son bulletin électoral de février 2014).
Joë Triché

10/12/2016

EN FINIR AVEC L'EVASION FISCALE !


Évasion, optimisation fiscale et fraude font perdre chaque année entre 60 et 100 milliards d’euros au budget de la France et plus de 1 000 milliards en Europe.

Conséquences de la lutte molle de nos gouvernements, l’école, la culture, l’hôpital, la justice, les équipements publics, les collectivités perdent des moyens pour répondre aux besoins des citoyens. Cette austérité qui mine l’État gangrène la démocratie et ouvre la porte aux extrémismes.

Dans leur livre les frères Bocquet détaillent les mécanismes complexes qui sous-tendent ce véritable fléau et donnent à voir des solutions concrètes pour y faire face. L’un député, l’autre sénateur, tous deux nordistes et maires de leurs communes, hommes politiques de terrain et militants engagés, font bouger les lignes dans le cadre de leur mission sur la piste des « sans domicile fisc ». Décryptage et démontage des paradis fiscaux par ces experts, tous deux rapporteurs de commissions d’enquête parlementaires sur le sujet, ce livre s’appuie, notamment, sur leur dialogue inédit avec des personnalités de toutes sensibilités, à travers une série d’interviews-témoignages. Au-dessus des positions partisanes, ils analysent ici des mécanismes de spéculation et préconisent des mesures directes concrètes pour la France, pour l’Europe, pour le monde.

Le dossier sur l'évasion fiscale et le rapport Bocquet sur le site du Groupe CRC au Sénat


La page Facebook : https://www.facebook.com/sansdomicilefisc

08/12/2016

IMPÔTS LOCAUX :
5 800 PERDANTS AVEC ERIC VUILLEMIN,
20 GAGNANTS "POTENTIELS" AVEC CORAIL !


Les différents points de rencontre, organisés par les communistes romillons, leur ont permis de mesurer à quel point le matraquage fiscal d’Eric Vuillemin a mis la population en colère.

Une colère qui s’exprime avec la pétition qu’ils font signer (1 000 signatures recueillies en quelques semaines), mais aussi avec les nombreux coups de téléphone et courriers qui affluent à la mairie. Une colère qui n’a pas échappé aux commerçants de la ville, comme le démontre la lecture du bulletin de leur association “Corail”. Dans ce dernier, ils en ont fait un "lot" de leur traditionnel jeu de fin d’année. Ainsi, si vous êtes l’heureux gagnant (vingt environ), vous vous verrez remettre un chèque correspondant à... 10% de votre taxe d’habitation ou de votre taxe foncière ! Et ceux qui n’en paient pas ? Ils seront marron comme la dinde de Noël.

En cette fin d’année, pomper 570 000 euros dans la poche des romillons est un nouveau coup dur pour les familles, mais aussi pour le commerce local. Comme pour le sauvetage du cinéma Eden, seule une action rassembleuse et déterminée peut permettre que chaque foyer soit épargné de cette hausse en 2017. En signant et faisant signer la pétition mise à disposition par les communistes et en participant aux différentes actions qui seront prochainement organisées, nous pouvons gagner. Le budget communal 2017 sera voté en début d'année. D’ici là, ne lâchons rien !

PROCHAIN RENDEZ-VOUS : SAMEDI 10 DÉCEMBRE A 9 H 00 A LA MAIRIE

02/12/2016

FRANCOIS HOLLANDE RENONCE : L'AVEU D'ECHEC

La voix blanche, François Hollande a plaidé sans conviction pour son bilan. L'arrêté des comptes est à ce point catastrophique, les promesses si peu tenues, la déception - voire la colère -  si grande dans l'électorat de gauche, qu'il a dû en tirer la conclusion : il ne peut plus être candidat à la présidence de la République.

On ne lui contestera pas à cette occasion sa revendication de "lucidité". Il a à ce point malmené la gauche et ses valeurs qu'il ne peut plus les incarner. Déversement en pure perte de dizaines de milliards au profit du grand patronat, tentative d'imposer la déchéance de la nationalité, loi Macron puis pire encore la loi travail... Les Français paient une lourde addition de la politique conduite par le tandem François Hollande-Manuel Valls. Ce dernier, qui trépignait d'impatience depuis plusieurs semaines devient donc "l'homme du bilan", puisqu'il ne fait aucun doute qu'il se portera candidat à la primaire socialiste. L'ambition peut parfois être entravée par des semelles de plomb...

François Hollande hors course, ce serait donc à lui d’incarner l’exécutif à la primaire du PS. Et donc d’assumer le bilan économique et social du quinquennat, étant ministre de François Hollande depuis 2012 et chef du gouvernement depuis deux ans. Le Premier ministre a d'ailleurs bien souvent accentué les traits les plus négatifs du régime, cultivant un autoritarisme incarné par son goût du 49-3 qui interdit au Parlement de débattre ou sa tentative d'interdire aux syndicats de manifester. Il a fait des déclarations d'amours aux grands patrons, de la promotion de politiques sécuritaires, de sa volonté de casser la gauche en deux moitiés irréconciliables, de son refus du dialogue social, de véritables marques de fabriques.

L'avenir est ailleurs ; dans l'agrégation des forces politiques, syndicales ou citoyennes qui veulent ouvrir une nouvelle ère de progrès social et dans l'édification de propositions qui placent en leur cœur la conquête de l'égalité.

01/12/2016

PIERRE LAURENT SUR LCI : "NOUS VOULONS ABSOLUMENT LE RASSEMBLEMENT"


LA DROITE VEUT DÉTRUIRE LES SERVICES PUBLICS PAR UN COUP DE FORCE !


François Fillon a remporté la primaire de la droite avec un programme destructeur pour les services publics : suppression de 500 000 postes de fonctionnaires, prise en charge des seules maladies longue durée pour la Sécurité sociale...

- Elle nous refait le coup des fonctionnaires inutiles et coûteux ! Pour donner des services utiles à la population en pâture au privé et aux frais des citoyens. La fonction publique, au 70ème anniversaire de sa création, c'est un statut pour les besoins fondamentaux de la population, assurés de manière démocratique et efficace. Mais il faut mettre les moyens.Non aux classes à 35 élèves, non à la suppression des zones d'éducation prioritaire, non au surmenage des personnels hospitaliers toujours plus surchargés ! Le passage aux 39 heures ne réglerait pas le problème et causerait du chômage supplémentaire.

NON A LA SUPPRESSION DE POSTES DANS LA FONCTION PUBLIQUE !
- Les services publics, nos biens communs, méritent mieux que le traitement qui leur est infligé. Dans un moment de crise sociale et économique profonde, la question des services publics resurgit au cœur des débats comme une réponse incontournable structurante d’une nouvelle société plus humaine et solidaire. Partout dans nos territoires, les luttes se multiplient contre les politiques d’austérité pour empêcher la fermeture du bureau de poste du quartier, la fermeture des services de l’hôpital voisin, de la classe de l’école communale ou la suppression d’une ligne ferroviaire. Mettons un coup d’arrêt à la diabolisation de « la dépense publique » pour obtenir des avancées concrètes pour le service public du XXIème siècle !