21/09/2017

CONGRES EXTRAORDINAIRE DU PCF :
UN QUESTIONNAIRE A LA DISPOSITION DES COMMUNISTES


Le document de consultation proposé aujourd'hui est une première étape pour une préparation réellement nouvelle du congrès. Cette consultation va permettre de lister les questions que le Congrès devra prioritairement traiter. Cette démarche démocratique est ouverte jusqu’au 18 novembre et les résultats de la consultation seront versés aux débats de la réunion nationale des animateurs de sections.
- On peut télécharger le questionnaire : clic
- On peut aussi le remplir par internet : clic

07/09/2017

30/06/2017

COMMUNIQUE DES PARLEMENTAIRES COMMUNISTES : NOUS N'IRONS PAS A VERSAILLES TENIR CONGRES


Le Président de la République a décidé, dans une urgence savamment organisée, de convoquer le Parlement en Congrès ce lundi 3 juillet pour nous abreuver de son discours. Ce sera sans nous, députés communistes et sénateurs du groupe communiste républicain et citoyen.

Nous n’irons pas à Versailles adouber le monarque présidentiel. Nous n’irons pas à Versailles pour valider le court-circuit du travail de l’Assemblée, à la veille du discours de politique générale du Premier ministre et du vote de confiance au gouvernement - ou de défiance ? - qui doit s’ensuivre. Ce n’est pas respectueux de l’Assemblée nouvellement élue et un mauvais présage sur le rôle dévolu aux députés et au sénateurs dans cette législature qui s’ouvre. Il y a une volonté de soumettre le Parlement que nous n’acceptons pas. On le mesure déjà avec la volonté du recours aux ordonnances et le projet de loi d’habilitation en préparation.

Avec ce type de fonctionnement, ce n’est pas la République qui est en marche, mais le Parlement qui est mis au pas, au mépris du fonctionnement des institutions et de l’équilibre des pouvoirs.

- Le PCF appelle à un rassemblement : “Contre le coup de force du roi #Macron, le Tiers état manifestera à #Versailles Lundi 3 juillet à 14 h (devant la mairie).”

29/06/2017

TRUMP AU 14 JUILLET : LA RÉPUBLIQUE MARCHANDE D'ARMES


Quelques jours après le Conseil européen consacré à la Défense et l'annonce d'Edouard Philippe de la décision de monter le budget de la Défense à 2% du PIB, en conformité avec les directives de l'OTAN et l'injonction du président américain, le chef de l'Etat a confirmé la présence aux prochaines célébrations du 14 juillet de Donald Trump, au prétexte du centième anniversaire de l'entrée des Etats-Unis dans la Première Guerre mondiale.

- Le président français et son gouvernement sont bien décidés à renforcer les positions de la France au sien de l'OTAN et à consolider leurs relations avec l'administration Trump dont les premiers pas sur la scène internationale ont de quoi inquiéter sérieusement. Qu'il s'agisse de l'escalade militaire en Asie avec la Corée du Nord, du bombardement unilatéral de la Syrie il y a quelques semaines, ou de la position du président US dans le bras-de-fer engagé par l'Arabie saoudite et ses vassaux contre le Qatar... tout dans les derniers agissements ou déclarations de Donald Trump indique que sa politique va contribuer à l'insécurité internationale en activant le surarmement et les interventions étrangères.

- Emmanuel Macron prétend vouloir donner un avenir au projet européen en alignant toujours plus l'UE et ses membres sur l'OTAN, alors qu'il creuse la tombe de l'idée européenne fondée sur l'aspiration à la paix, et déjà largement altérée. En invitant Donald Trump, le 14 juillet, Emmanuel Macron finit de transformer notre fête nationale en fête des nationalistes et des marchands d'armes, il trahit le sens de ces célébrations officielles et populaires.

- Le PCF sera de toutes les initiatives pacifistes pour refuser la présence de Donald Trump, exiger la sortie de la France du commandement intégré et de l'alliance atlantiste, et pour la dissolution de l'OTAN afin de la remplacer par des cadres communs régionaux sous égide de l'ONU pour la coopération et la sécurité collective permettant de prévenir et résoudre les conflits en stoppant la course au surarmement et en travaillant au développement humain, social, économique et écologique.

21/06/2017

11 ELUS PCF ET 4 ELUS ULTRA-MARINS FORMENT UN GROUPE AUTONOME A L'ASSEMBLEE

Les onze députés communistes élus et réélus, ainsi que quatre députés ultra-marins formeront un groupe indépendant à l'Assemblée, a annoncé André Chassaigne.

C’est lors d’un point presse organisé mercredi à l’Assemblée, que le député du Puy-de Dôme, André Chassaigne a mis fin au suspense : "Nous avons effectivement 15 députés en mesure de créer, de prolonger le groupe de la Gauche démocrate et républicaine" a affirmé l’élu communiste. Le groupe GDR créé lors de la précédente législature, comptera dans sa version 2017 “11 députés communistes*, ainsi que quatre ultramarins qui ont été réélus”, a déclaré le député. Si l’union technique avec les 16 élus de la France insoumise n’a pas été l’option retenue, "la priorité des priorités, c'est ce qu'on pourra faire avec le groupe des Insoumis", a néanmoins poursuivi André Chassaigne, désireux d’apaiser l’ambiance, tandis que le gouvernement et les ministères se préparent à gouverner par ordonnances. "Pas de divergence mais des convergences" entre PCF et France insoumise, c’est ce qu’a appelé de ses vœux le porte-parole du groupe GDR au Palais-Bourbon.

* Pour le PCF, ce sont Jean-Paul Dufrègne (03), Pierre Dharréville (13), André Chassaigne (63), Fabien Roussel (59) et Alain Bruneel (59), Jean-Paul Lecoq (76), Sébastien Jumel (76) et Hubert Wulfranc (76), Elsa Faucillon (92), Marie-George Buffet (93), Stéphane Peu (93).

20/06/2017

RÉACTION APRES LA NOMINATION DU GOUVERNEMENT PHILIPPE 2

À peine sept semaines après la nomination du premier gouvernement, c'est dans un climat de forte crise politique, avec la démission de quatre ministres, dont deux en charge de postes régaliens, la Justice et la Défense, et toujours sans adhésion populaire, que la nouvelle équipe gouvernementale a été présentée. 

- Alors que le macronisme entendait profondément renouveler les pratiques politiques, le nouveau casting apparaît tout au contraire comme un condensé de calculs politiciens au service d'une orientation toujours plus libérale.

- L'essentiel du dispositif est confirmé avec un renforcement notable du premier cercle du président Macron et de la technostructure. Les "équilibres" prennent les allures d'une calinothérapie pour François Bayrou avec l'arrivée de deux proches du président du Modem, d'une promotion pour un fidèle d'Edouard Philippe, de quelques signaux vers les socialistes compatibles avec le nouveau pouvoir, un jeu de chaises musicales le jour de la fête de la musique.

- Tout cela, qui ne réglera en rien les défis d'avenir et qui aggravera les difficultés du pays, doit sembler bien obscur pour les citoyennes et les citoyens.

- Une résistance de gauche, porteuse d'alternatives à l'Etat libéral-autoritaire voulu par Emmanuel Macron, a de belles batailles à mener pour proposer une autre politique. L'agenda parlementaire des prochaines semaines constitue un premier rendez-vous pour les forces progressistes qui devront trouver les chemins des convergences et de l'unité.

19/06/2017

LÉGISLATIVES - SECOND TOUR : DÉCLARATION DU PCF

Après le second tour des élections législatives, les français peuvent compter sur 11 député-e-s communistes qui ont été élu-e-s, Jean-Paul Dufrègne (03), Pierre Dharréville(13), André Chassaigne (63), Fabien Roussel (59) et Alain Bruneel (59), Jean-Paul Lecoq (76), Sébastien Jumel (76) et Hubert Wulfranc (76), Elsa Faucillon (92), Marie-George Buffet (93), Stéphane Peu (93) et sur les député-e-s qui formeront, avec eux, un groupe parlementaire d'opposition au gouvernement pour permettre à cette voix libre et combative de servir les intérêts populaires. Les députés communistes travailleront dès cette semaine à constituer ce groupe et agiront sans attendre en faveur des propositions alternatives qu'ils ont élaborées durant leurs campagnes.

Le groupe PCF – Front de Gauche (GDR) est le seul groupe parlementaire qui progresse.

La cote d'alarme démocratique est une fois encore dépassée, avec une nouvelle baisse de la participation.

Le Parti communiste français demande d'urgence l'ouverture d'un débat national sur le changement de nos institutions, à commencer par l'instauration de la proportionnelle. Tout doit être repensé pour sortir progressivement de la présidentialisation à outrance et pour mieux représenter nos citoyens dans leur diversité.

Les résultats confirment par ailleurs que le Président de la République va disposer d'une majorité écrasante de députés. Le paradoxe est qu'elle ne correspond à aucune majorité dans le pays, ni chez les salariés, ni chez les jeunes et les privés d'emplois qui aspirent à une sécurité d'emploi et de formation pour une vie digne.

C'est inquiétant. Nous appelons à une riposte immédiate la plus large possible pour empêcher que l'été soit celui des mauvais coups.
En effet, dès cet été, les députés d'En Marche ! vont être sommés d'obéir au doigt et à l’œil au Président et au 1er ministre pour leur donner les pleins pouvoirs, au service des milieux financiers et du MEDEF, pour casser le Code du Travail par ordonnances et liquider des acquis que le mouvement progressiste et populaire a gagnés dans notre pays de haute lutte.

Au-delà, les résultats appellent les forces de transformation sociale à ouvrir un immense chantier de reconstruction politique. Le Parti communiste français prendra pour sa part des décisions dès son Conseil national des 23 et 24 juin. La Fête de l'Humanité, en septembre, sera un moment fort de cette riposte et de cette reconstruction.

Paris, le 18 juin 2017

09/06/2017

DÉCLARATION DE LA FÉDÉRATION DE L'AUBE DU PCF

Les résultats du premier tour des élections législatives, s'ils étaient confirmés par le second tour dimanche prochain, placeraient l'avenir du pays dans une situation extrêmement difficile, sous la menace d'une Assemblée nationale dominée par les députés d'En Marche ! et leurs appuis venus des Républicains. 

- Un tel résultat plongerait des millions de nos concitoyens dans une véritable « gueule de bois » démocratique. L'espoir réside dans l'élection dimanche prochain du plus grand nombre possible de députés, issus de la gauche de combat (PCF -FI).

Le nouveau record d'abstention est alarmant pour notre démocratie
- Il est la marque d'une défiance déjà forte à l'égard du nouveau président de la République, contrairement à ce que veut nous faire croire le déferlement de communication médiatique autour de chaque fait et geste d'Emmanuel Macron : seuls 24 % des électeurs l'ont soutenu au premier tour de l'élection présidentielle et il n'a été élu que par la mobilisation d'une large majorité de femmes et d'hommes qui voulaient barrer la route de l'Elysée à M. Le Pen. Les élections législatives ne témoignent d'aucun élan supplémentaire. Ce sont l'abstention et la division de ses adversaires, singulièrement à gauche, qui amplifient les résultats de ses candidats.

La division des forces de gauche se paie en effet très cher
- Les forces qui ont soutenu  Jean-Luc Mélenchon, se sont retrouvées en concurrence suite aux décisions de la direction de la France insoumise. Ses électeurs se sont démobilisés (- 5 millions de voix). Elles en subissent toutes les conséquences. C'est aussi le cas du Parti communiste dont le résultat national est très bas. Au lieu de faire élire des dizaines de députés FI, communistes, écologistes , la gauche anti-austérité est durement affaiblie et même éliminée dans nombre de circonscriptions où elle est pourtant majoritaire. Nous le déplorons, malgré tous les efforts que nous avons déployés pour y remédier nationalement et localement.

L'Aube, bien entendu, n'échappe pas à cette situation
- 22 481 aubois avaient voté pour Jean-Luc  Mélenchon au 1er tour de la présidentielle. Ils ne sont plus que 10 257 à avoir voté pour un candidat-e  FI ou PCF dimanche dernier (-55%). Cette situation permet aux candidats d'En Marche! et des Républicain de se qualifier pour le deuxième tour dans la 2ème et la 3ème circonscription. Voilà une situation qui ne laisse aucune perspective d'espoir pour les aubois, puisque ces candidats soutiennent quasiment la même politique libérale, de baisse des dépenses publiques, de casse des services publics et du code du travail ; une politique qui tourne le dos à l'intérêt général au profit de l'intérêt de quelques particuliers.

- Concernant la 1ère circonscription où l'extrême droite peux disputer la victoire aux deux candidats de droite, charge à monsieur Baroin qui a déclaré qu'il imposerait le retrait des candidats Républicains en cas de danger d'élection du FN, de demander à  Nicolas Dhuicq de se retirer afin d'éviter tout danger d'élection du venimeux Subtil.

- Nous remercions sincèrement nos électrices et électeurs et assurons la population auboise de notre présence active à leurs côtés pour faire entendre leur voix dans les collectivités où nous sommes élus et dans les luttes.
Troyes, le 12 juin 2017

05/06/2017

SUR LE MARCHE DE LA PENTECOTE


Arnaud Pacot et Anna Zajac, candidat-e-s communistes dans la 3ème circonscription de l'Aube, étaient sur le marché de Romilly, ce lundi de Pentecôte. Ils étaient accompagnés par Pierre Mathieu, Joë Triché et des militants communistes ou qui soutiennent leurs candidatures.

01/06/2017

MENUEL / ROUSSEAU : PÈRE NOEL / MÈRE FOUETTARD

Titillé dans ses pénates par les marcheurs de Macron, le candidat baroiniste de la 3ème circonscription, Gérard Menuel, promet de mettre du beurre dans les épinards des associations.

Lui réélu, ce sera Noël. Bien que député depuis un bail, les assos, comme sœur Anne, n’ont rien vu venir. Un engagement qui laisse perplexe à Romilly. En effet, le camelot des Républicains fait cavalier mixte avec Annie Rousseau, maire-adjointe d’Eric Vuillemin, qui a “aidé” les associations en allégeant d’un bon tiers les subventions municipales entre 2014 et 2017 et leur a imposé de signer une "charte" de capitulation sans condition, pour museler toute velléité de rebellion et les mettre à sa botte. Sinon, pas une thune !

Annie Rousseau, en charge de la citoyenneté, de la culture et des associations culturelles, entre autre, a voté des deux mains ce coup tordu, qui a eu pour effet l’arrêt du festival des Mélomanies et asphyxie inexorablement la MJC. Singulière façon d’aider les associations qui tirent toutes, désormais, le diable par la queue. Les syndicats (280 euros cette année) et les associations caritatives sont dans la même charrette.

Quand Gérard Menuel et Annie Rousseau promettent d’aider les associations, sous-entendent-ils les aider... à mourir ? A la guerre comme à la guerre. Face aux cosaques macronistes et leurs chevau-légers de la gauche-guimauve, Menuel fait feu de toutes promesses. Chaque voix compte, même celle d’un électeur trompé. La réclame est une chose, les actes une autre ; Mme Rousseau, la mère fouettard de Menuel, a montré ce dont elle est capable.

11/05/2017

LÉGISLATIVES : LA FÉDÉRATION DU PCF A FAIT UNE PROPOSITION POUR PERMETTRE LE RASSEMBLEMENT


Suite à la lettre ouverte que la fédération de l’Aube du PCF a adressée aux organisations auboises qui ont soutenu la candidature de Jean-Luc Mélenchon, la fédération du PCF a formulé, dimanche 7 mai, une proposition pouvant permettre le rassemblement des forces qui ont lutté ensemble ces dernières années contre les politiques d’austérité. 

Ce rassemblement est attendu par notre électorat et l’ensemble des femmes et des hommes de progrès de notre département. Le 2ème tour de l’élection présidentielle vient de confirmer la montée en puissance de l’extrême droite dans notre département. Dans 275 communes sur 431, le Front national est arrivée en tête : 63,80% ! Une telle situation appelle une réaction de notre part. Nous devons donner un espoir, une raison d'espérer aux milliers d'électeurs de gauche aubois

Face à la gravité de ce moment, où les forces les plus libérales, les forces les plus réactionnaires, s’apprêtent à prendre le pouvoir et faire tant de mal aux couches populaires, l'intérêt général ne doit-il pas prendre le pas sur toute autre considération partisane ou consigne nationale ? Le contraire serait une folie !

Nous vous proposons donc :
Le PCF se retire dans la 1ère circonscription, La France Insoumise fait de même dans la 3ème circonscription (compte-tenu de la forte implantation historique du PCF dans cette circonscription) ; un mot d’ordre commun ; un socle de propositions communes.                                                              

Il n’y a que trois circonscriptions dans l’Aube, pas facile donc de faire 50/50. Nous proposons deux configurations possibles pour la 2ème circonscription :

1°) un binôme conduit par Gisèle Malaval, avec un(e) suppléant(e) France Insoumise.
2°) Le PCF et FI sous leurs propres couleurs dans cette circonscription, sachant que dans les 1ère et 3ème circonscriptions, nous avons fait la démonstration de notre volonté de rassemblement.

On ressoude nos forces en créant une dynamique départementale de reconquête face à la droite et son extrême; nous préparons ainsi l’avenir dans les meilleures conditions, tout en répondant à l’attente de nos électeurs. C’est une proposition sincère, équilibrée, mûrement réfléchie et qui s’appuie sur la réflexion de militantes et de militants qui tiennent la tranchée depuis déjà longtemps et qui seront là pour la tenir demain.

09/05/2017

Les communistes allemands, responsables du nazisme, comme on l'a entendu encore dernièrement ? Allons donc ! Petite leçon d'histoire.

04/05/2017

LETTRE OUVERTE AUX ORGANISATIONS AUBOISES QUI ONT SOUTENU LA CANDIDATURE DE JEAN-LUC MELENCHON

Troyes, le 4 mai 2017

Cher-e-s camarades,

Le résultat de Jean-Luc Mélenchon au 1er tour de l’élection présidentielle est remarquable. Les électeurs qui lui ont apporté leurs suffrages, les communistes, comme tous les militants des organisations qui soutenaient sa candidature, sont déçus de ne pas avoir pu qualifier leur candidat pour le deuxième tour afin de remettre dès maintenant notre pays sur les rails du progrès social, démocratique et écologique.

La reconquête, engagée le 23 avril, peut se poursuivre à l'occasion des élections législatives. Alors que les droites sont unies, que le Front national veut élargir sa représentation nationale, forts du succès et du résultat de Jean-Luc Mélenchon, c’est à nous, PCF, France insoumise, Ensemble !, forces du Front de gauche, de créer les conditions de victoires, pour une gauche de résistance et de combat forte, à l’Assemblée Nationale comme dans le pays, en élisant le maximum de député-e-s prêts à défendre la jeunesse, le monde du travail, les quartiers populaires. C'est le sens du courrier que Pierre Laurent vient d'envoyer à Jean-Luc Mélenchon. C'est une évidence : divisés, nous risquons de n'avoir aucun groupe à l'Assemblée nationale et cela au grand bonheur de l'extrême droite qui aura beau jeu de se faire le porte-parole des "petites gens".

03/05/2017

"LE FN AU POUVOIR SERAIT UN DÉSASTRE POUR LE MONDE OUVRIER"

Appel d'Arnaud Pacot, candidat du PCF/Front de gauche dans la 3ème circonscription de l'Aube, pour le second tour de l'élection présidentielle :

J’appelle à mettre un bulletin Macron, dimanche 7 mai. Bien sûr pas de gaité de cœur, mais simplement par instinct de survie. Le Front national au pouvoir serait un désastre pour le monde ouvrier, le monde syndical, le monde associatif, culturel, etc. Marine Le Pen se positionne clairement du côté du capital, lorsqu’elle ne cesse de stigmatiser l’action syndicale. Le Front national s’oppose clairement aux plus précaires lorsque ses élus de proximité stoppent les subventions pour des associations telles que le Secours populaire.

Les tartuferies de Marine Le Pen devant des salariés en lutte sur le site Whirlpool d’Amiens, alors que les députés à l’Assemblée nationale ne votent pas une loi déposée par les élus communistes afin d’interdire les délocalisations d’entreprises sur l’autel du dumping social. L’élévation des votes qui se portent sur ce parti d’extrême droite est le résultat des politiques libérales, des lois régressives, des remises en cause des droits, comme des renoncements des gouvernements successifs à œuvrer véritablement pour la justice sociale et la réponse aux besoins sociaux et environnementaux.

Voter le 7 mai pour Macron, c’est avant tout limiter au maximum le pourcentage que réalisera Le Pen à l’issue du scrutin. Ce n’est évidemment pas signer un chèque en blanc au candidat d’En marche ! Le combat commencera dès le 8 mai pour créer les conditions d’un large rassemblement de la gauche progressiste afin d’avoir un nombre important de député-e-s à l’Assemblée pour peser dans le débat politique, car nous serons les premiers à nous battre contre son programme de destructions des conquis sociaux et, bien sûr, nous continuerons de lutter pour un réel progrès social, une transition écologique, un partage des richesses plus équitable entre le travail et le capital.

Le 7 mai, c’est au titre de l’antifascisme, de la dépense de la République démocratique, des libertés individuelles, syndicales, gagnées de haute lutte. C’est en étant déterminé à œuvrer à des perspectives de progrès social que j’utiliserai le bulletin Macron dimanche.

18/04/2017

LES OIES DU CAPITAL*

Les avez-vous entendu, ou vu, ou lu ? De Gattaz à Hollande - ni l’un ni l’autre candidat - jusqu’aux médias entre les mains des milliardaires, tous ces Cassandre qui prédisent la fin du monde, le 8 mai, si Mélenchon est élu. Un commerçant de Romilly annonce même à qui veut l’entendre... la «dictature». En plein centenaire de la révolution d’Octobre, un mauvais présage, mon brave ! La presse départementale, contrôlée à 100% par le groupe belge Rossel, a poussé en début de semaine son trille "fin-du-mondiste", faisant carillonner à toute volée les cloches du Medef. Fallait s'y attendre... c'était Pâques.

Les oies du capital se sont remises à cacarder : alerte ! alerte ! les partageux arrivent. Les milliardaires en panique et leurs domesticités s’égosillent en un florilège de balivernes plus grosses les unes que les autres, fidèles au principe selon lequel plus un mensonge est gros, plus il a de chances d’être cru.

La belle mécanique qu’a fourbie méticuleusement le quinquennat Hollande, pour nous encager entre les barreaux du pire et du moins mauvais, s’est grippée. De plus en plus de français veulent du mieux. Et c’est possible. Notre pays, débarrassé des parasites et des sangsues qui le ruinent, trichent et le volent sans vergogne, en a les moyens. Trahisons, politicailleries, rapines et concussions au bruit des casseroles de Sarko (faut pas l’oublier celui-là), Fillon et Le Pen, une campagne présidentielle nauséeuse est à terme. Nos maîtres l’ont voulue ainsi. Qu’ils s’en mordent les doigts !

Dimanche, il faudra cogner. Et fort. Dans l’isoloir, c’est notre avenir, celui de nos enfants, que nous choisissons. Le vote Mélenchon est un début. Suivra l’élection des député-e-s, et les candidat-e-s communistes battent déjà la campagne pour faire entrer à l’Assemblée Nationale la volonté d’un peuple qui brise ses chaînes.

Référence à l’histoire mythique des Oies du Capitole à Rome.

06/04/2017

EAU - ASSAINISSEMENT :
LA VILLE DE ROMILLY A NOUVEAU CONDAMNÉE !


Deux avenants signés en 2013 par le maire et Véolia ont été annulés par le tribunal administratif. L’aboutissement d’une action des conseillers municipaux communistes qui les estimaient contraires aux intérêts des usagers et de la commune.

Les accommodements du maire de Romilly-sur-Seine avec Véolia viennent, et pour la seconde fois, d’être rejetés par le Tribunal administratif. Après, en mars 2015, avoir invalidé les délibérations du Conseil municipal, il vient d’annuler les deux avenants qui avaient été conclus entre la Ville et le consortium privé de l’eau, qui tirait son épingle d’un jeu en eaux troubles au détriment des usagers. à l’époque, les conseillers municipaux communistes avaient dénoncé ces avenants stipulant, notamment, que la commune prenait à sa charge le remplacement de branchements en plomb pour un coût de plus de 500 000 euros. Des travaux qui auraient dû être faits par Véolia dans le cadre de son précédent marché... et que cette société n’avait pas omis de facturer !

Une “faute grave” du maire
Toujours prompt à faire sonner les trompettes médiatiques de sa renommée, Eric Vuillemin a gardé un très inhabituel mutisme, qui a conduit les conseillers municipaux communistes à tenir une conférence de presse, le 31 mars, où ils ont resitué la démarche qui avait été la leur depuis le début de ce dossier, avec pour fil conducteur la protection des intérêts des usagers de l’eau et de l’assainissement et de ceux de la commune. En 2013, le maire avait balayé d’un hautain revers de main les objections des élu-e-s communistes, se targuant d’être un «bon gestionnaire». Un avis que n’a visiblement pas partagé la justice. Concernant les suites à venir des décisions où ils ont obtenu gain de cause, Pierre Mathieu et ses collègues entendent être vigilants et mettent en garde «le maire et sa majorité [qu’] il ne saurait être question pour [eux] d’envisager que la faute grave qu’ils ont commise [...] se traduise par un protocole financier qui viendrait enrichir indûment Véolia et pénaliser à nouveau les usagers qui ont déjà subi tant de hausses dans le domaine de l’eau et de l’assainissement.» Depuis 2008, pour une consommation moyenne de 86m3 : augmentation annuelle de 95 euros.

Vigilance et pugnacité
Faute d’autant plus grave que les marchés initiaux de 2004, conclus avec la société Ruas, absorbée par Véolia, comportaient des dispositions permettant de contraindre le délégataire à remplir toutes ses obligations ; clauses que le maire s’est bien gardé d’activer, préférant engager les finances de la ville pour plusieurs centaines de milliers d’euros et sabrer de 33% les subventions aux associations, augmenter les tarifs de nombreux services municipaux, supprimer les classes de neige... et augmenter les impôts locaux. Ainsi, la taxe communale sur l’eau a bondi de 172% et celle sur l’assainissement de 78%. La vigilance et la pugnacité des élus communistes ont donc mis en échec le maire de Romilly, plus soucieux des intérêts de la multinationale Véolia que de ceux des romillons. Dès 2013, ils avaient lancé une pétition pour protester contre ces avenants qui avait recueilli plus de 500 signatures. Rappelons également, qu’en 2014 et à leur initiative, 105 familles du Nouveau Romilly ont été remboursées par Véolia d’une double facturation indue de compteurs d’eau. Les conseillers municipaux du PCF demandent que les services, travaux et investissements de la période couvrant les avenants annulés soient chiffrés «en toute transparence», payés «sans prise de bénéfices» à Véolia, et la réunion du groupe de travail sur l’eau, créé suite à leur demande.

05/03/2017

UN LIVRE ARGUMENTAIRE CHOC

Travailler sur les programmes, les faire comprendre, les décrypter, tels sont les objectifs de ce livre de Pierre Laurent, Alain Hayot et Marc Brynhole.

Le programme de Marine Le Pen trompe et joue sur les mots. Avec elle, le débat politique est fuyant ; il faut donc donner les clefs de son discours. De même avec celui de François Fillon et de son programme, bien occultés ces derniers temps par les affaires juridico-familiales de ce dernier et les gesticulations de l’appareil des Républicains. Or, c’est un programme de droite qui est une véritable guerre au monde du travail, aux familles et contre les acquis sociaux et sociétaux.

Pierre Laurent, Alain Hayot (sociologue, membre de l’exécutif national du PCF) et Marc Brynhole (enseignant et, lui aussi, membre de la direction nationale) décryptent dix points essentiels des projets de l’extrême droite et de la droite, afin de permettre aux lecteurs et militants d’avoir des outils pour combattre leurs idées, argument par argument. Un livre qui met aussi à jour des passerelles, sur l’immigration, la laïcité... permettant des collusions entre droite dure et réactionnaire et extrême droite. Avec leurs programmes, toutes deux tracent un chemin très loin d’être une sortie de crise.

-  En vente (6 euros) à la section de Romilly du PCF 

15/02/2017

VIOLENCES ET DISCRIMINATIONS POLICIÈRES :
AGIR POUR DE VRAI !

Le gouvernement ne semble pas prendre la véritable mesure de ce qui est aujourd'hui, pour la jeunesse des quartiers populaires, une violence quotidienne et permanente. 

Sur France inter, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a rappelé les résultats d'une récente étude réalisée par l'autorité administrative indépendante sur le contrôles au faciès. C'est accablant et terriblement dangereux. Dans cette enquête, 80% des jeunes hommes noirs et arabes indiquent avoir été contrôlés au cours des cinq dernières années, contre 16% pour l'ensemble du panel.

Il s'agit donc d'agir pour de vrai et ne plus laisser ainsi se durcir une confrontation directe entre une partie de la population des quartiers populaires et une partie des forces de l'ordre. Comment y répondre ? Avec quelles solutions précises ?

10/02/2017

FILLON A ROMILLY : "ESCROC, REMBOURSE TA DETTE !"

C'est sous les huées et aux cris de «Escroc ! Rembourse ta dette ! Escroc !» qu'a été accueilli l’ancien premier ministre en visite à l’usine Le Coq Sportif à Romilly mardi après-midi (voir la vidéo). La réaction d’un homme, comparant son salaire de 1 000 euros aux centaines de milliers d'euros d’argent public en question dans ce contentieux a donné du grain à moudre à Maurice Ulrich, journaliste à l'Humanité.

09/02/2017

DES DÉPUTÉ-E-S AU SERVICE DU PROGRÈS SOCIAL ET DE L’INTÉRÊT GENERAL

Alors que les débats politiques s’enlisent dans les affaires politico-financières et judiciaires des candidats Fillon et Le Pen, les députés communistes et Front de gauche font voter quatre propositions législatives au service du progrès social. 

En déposant de telles propositions législatives, et  en les faisant adopter, ils ont une nouvelle fois fait la démonstration de l’importance d’avoir à l’Assemblée Nationale un groupe de  députés communistes et Front de gauche qui agissent en permanence au service du plus grand nombre, loin des lobbies et des pressions de toutes sortes.

Proposition de « COP de la finance mondiale » : 
Cette proposition vise à lutter contre la fraude, l’évasion, et l’optimisation fiscale, qui représentent à l’échelle planétaire des milliards de dollars qui sont soustrait des politiques publiques au service du développement, en particulier dans les pays les plus pauvres. Cette « évaporation » fiscale est devenue un frein au développement. Une telle conférence internationale, à l’image de la COP environnementale, permettrait de réunir dans l’action les représentants des Etats, mais aussi les banques, les syndicats, les ONG et les lanceurs d’alerte.

01/02/2017

TRANSPORTS RUCH : UNE SOIXANTAINE DE SALARIES RESTENT SUR LE QUAI

Ce que disait en une le bulletin municipal fin 2013 
(n°28 - 09 ~12/2013)...

... Et la réalité aujourd'hui

La sentence est tombée début janvier : liquidation des transports Ruch, installés à Romilly depuis le1er juillet 2013 dans des entrepôts flambant neuf.

Une soixantaine de salariés se retrouvent donc sur le carreau, dont une cinquantaine travaillant sur le site romillon. Quand la nouvelle est tombée, l’amertume, la colère et le sentiment d’avoir été floué se sont aussitôt exprimés parmi le personnel. On se souvient encore que, déjà, l’installation de cette entreprise à Romilly avait fait grand bruit. En effet, le déménagement de cette activité de transports, implantée auparavant à Ossey-Les-Trois-Maisons, avait fait réagir vigoureusement le maire de cette commune rurale, qui avait qualifié cette opération de «difficilement acceptable», la presse locale commentant, pour sa part, que «le rouleau compresseur romillon [avançait]... sans état d’âme».

L’issue malheureuse qui en a suivi démontre toutes les limites de la politique du maire de Romilly en matière économique. Tout engager pour attirer des activités et des emplois sur son territoire, en dépouillant les communes environnantes, ne règle et ne réglera en rien le problème du chômage. N’a-t-il pas doublé à Romilly depuis 2008 ? Ce dossier traduit également une conception très particulière de la coopération intercommunale de l’équipe municipale romillonne. Pour elle, tous les moyens sont bons pour faire croire à une “métamorphose” de la seconde ville du département. Mais la population et les salariés ne sont pas dupes tellement la réalité s’inscrit en faux contre les discours de la majorité municipale sur une fin de crise dans le bassin d’emploi romillon.

19/01/2017

REGARDS SUR L’ACTUALITÉ - 1

Lors de ce rendez vous hebdomadaire, plusieurs sujets marquants de la semaine sont soumis au directeur de l’Humanité, Patrick Le Hyaric, afin de recueillir ses réactions et analyses. Au sommaire de l'édition du jeudi 12 janvier : les enfants sans domiciles fixe en Ile-de-France ; la répression anti-syndicale ; "Vérité et justice" pour Sakine, Fidan et Leyla, militantes kurdes assassinées en plein Paris en 2013 ; l’accueil des exilés, une tradition française qui doit se perpétuer ; la grippe révèle le manque de moyens de l’hôpital public ; la conférence de paix sur le conflit israélo-palestinien organisée par la France.

10/01/2017

DES VESSIES POUR DES LANTERNES

Un nouvel épisode du One-man-show du maire de Romilly-sur-Seine sur BFM-TV fin janvier, a annoncé la presse récemment. 

«Ici, on innove», c’est le titre d’une émission au cours de laquelle Eric Vuillemin vantera «les moyens mis en œuvre [et] l’accompagnement constant des investisseurs» dans le cadre de sa politique économique, précise l'article. Le retour sur la pointe des pieds du Coq Sportif et l’implantation annoncée d’une sandwicherie industrielle sont les deux principaux fers mis au feu par le maire pour marquer l’opinion publique.

Mais pour juger de l’efficacité d’une politique économique, il existe un indicateur incontournable : l’emploi. Or, en la matière, le maire et sa majorité sont en échec constant depuis 2008. Le chômage a plus que doublé depuis qu’ils dirigent la ville avec, pour corollaire, l’extension préoccupante de la précarité. L’expérience nous amène, par ailleurs, à être très réservés lorsque retentit le tam-tam médiatique de la majorité municipale. En 2008, le maire n’annonçait-il pas déjà la création de centaines d’emplois ? Souvenons-nous aussi comment il pronostiquait l’essor de l’entreprise de transports Ruch... aujourd’hui en liquidation judiciaire, et du technicentre SNCF, où il a accepté après, il est vrai, quelques gesticulations, la suppression de 300 emplois cheminots, accompagnant sans sourciller le démantèlement du site, programmé par la SNCF.